« Boza ! » : l’enfer de la route migratoire raconté par un jeune camerounais

Etienne Longueville et Ulrich Cabrel ont co-écrit "Boza !" / © France Télévisions - Jean-Marc Seigner
Etienne Longueville et Ulrich Cabrel ont co-écrit "Boza !" / © France Télévisions - Jean-Marc Seigner

C’est l’histoire d’Ulrich Cabrel, un jeune camerounais qui a quitté son pays pour la France. Du Cameroun au Niger, en passant par le Maroc, Ulrich a connu l’enfer de la route migratoire. Il livre son témoignage dans un livre, intitulé « Boza ! » écrit à deux mains.  
 

Par JVS avec Jean-Marc Seigner


Pour écrire ce récit, Ulrich a pu compter sur le Briochin Etienne Longueville. S’il a fait appel à cet homme, ce n’est pas par hasard puisque c’est lui qui l’a hébergé en France, à Saint-Brieuc, pendant un an.

C’est en octobre 2017 qu’Ulrich et Etienne se rencontrent, lors d’un goûter organisé par une association locale. Une semaine après les présentations, le jeune s’installe chez Etienne. "Le premier réflexe c’est de lui permettre de se sentir à l’aise, chez lui. Qu’il puisse prendre ses marques", nous confie Etienne Longueville.

"Il y a un réflexe humanitaire de se dire : moi j’ai un canapé dans mon salon qui ne me sert à rien et il y a des jeunes qui sont dehors. Ce n’est pas une question abstraite, ce n’est pas un sujet où on n’y peut rien. C’est concret, c’est ici à Saint-Brieuc. Concrètement, le geste que je vais faire va permettre qu’un jeune ne dorme pas dehors ce soir".


Un an de partage, d’échanges qu’ils ont voulu livrer, tous les deux, dans un livre. "Ulrich avait beaucoup de choses à dire. Il s’exprime bien. Il arrive avec son humour à humaniser les théâtres de désolation qu’il franchit", explique Etienne. Avant d’ajouter : "L’histoire qu’il m’a racontée m’a bouleversé. Le désert du Niger, les forêts du Maroc, là où il grandit dans les bidonvilles du Cameroun… Plus ça avançait, plus je me disais que c’était une histoire à raconter".
 

Un jeune plein d'optimisme malgré un lourd passé 


A seulement 15 ans, Ulrich Cabret a mis le cap sur l’Europe, sans argent, en bravant tous les dangers. A plusieurs reprises dans son périple, il frôle la mort mais aujourd’hui, il garde le sourire. "Moi j’ai toujours été positif. Même si ça ne va pas, je dis que ça va aller, que demain sera meilleur".

Un optimisme qui lui a permis de s’intégrer dans son pays d'accueil. Aujourd’hui, il est en terminale et prépare son bac blanc.
 

Réussir à exprimer les choses du point de vue des émotions, des sentiments : voilà le défi que se sont donnés les deux hommes pour écrire ce livre, qui sortira le 6 février.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus