Côtes d’Armor : affluence dans les laboratoires pour les tests de dépistage Covid-19

Depuis quelques jours, certains laboratoires d’analyses des Côtes d’Armor sont submergés par les demandes de test. Une affluence qui s’explique par la campagne de dépistage massif lancée dans cinq communes du département par l’Agence régionale de santé.
© Corentin Bélard/France Télévisions
Nicole est venue se faire dépister dans ce laboratoire d’Yffignac dès qu’elle a reçu ses bons.  

" C’était l’occasion de vérifier où j’en étais moi-même. Ça me permet de savoir à l’instant T que je n’ai pas de signes mais aussi que je n’ai pas développé d’anticorps ".
 

Une centaine de personnes chaque jour


Comme elle, depuis une semaine, une centaine de personnes font chaque jour les tests dans ce laboratoire. Les biologistes prennent néanmoins le temps de leur expliquer comment se déroule l’examen.

" On va vous chatouiller un peu le fond du nez. Ça peut être désagréable. Si cela marche avec une narine, on ne le fera pas avec l’autre. "

Dix secondes de torture à tourner l’écouvillon dans la narine et c’est terminé. Le patient peut passer à la prise de sang qui pour certains ferait presque figure de moment de détente.


Un dépistage massif


Au total, sept laboratoires ont été agréés pour accueillir les 63 000 costarmoricains concernés par ces tests. Il s’agit des habitants des communes de Saint-Brieuc, Yffiniac, Ploufragan, Langueux et Trégueux.

Le choix s’est porté sur ce département breton en raison de la présence de quatre cas de coronavirus à l’hôpital de Saint-Brieuc qui pouvaient laisser présager  la présence d’un cluster.

Les assurés reçoivent un bon, qui leur permet, sur la base du volontariat, d’effectuer gratuitement un test virologique de type PCR pour savoir si ils sont porteurs du virus et un test sérologique par prise de sang pour identifier la présence d’anticorps.

"On dépiste beaucoup plus qu’avant, conséquence on trouve davantage de traces chez des personnes asymptomatiques. Mais la vitesse de circulation du virus reste normal", explique François-Xavier Le Guillou, responsable de trois laboratoires qui accueillent chaque jour 330 personnes.
   

Un drive à l’hôpital


De son côté, l’hôpital Yves le Foll de Saint-Brieuc a mis en place un drive Covid depuis fin mai. Il teste en priorité les personnes munies d’une ordonnance comme Loïc qui est venu pour se rassurer.

" J’ai demandé au médecin de me faire dépister car mon épouse travaille dans un abattoir. Alors je prends mes précautions. "

Depuis fin mai, 600 personnes ont ainsi pu être testées à l’hôpital.

Tous les assurés qui veulent se faire dépister doivent prendre rendez-vous par téléphone ou internet. Pour l’instant, il n’ y a pas trop d’attente mais cela pourrait se corser dans les prochains jours si l’affluence augmente encore.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19