Le laboratoire Claripharm choisi par l'ONU pour fournir ses produits d'hygiène féminine à 193 pays

Publié le
Écrit par C.C-A

Spécialiste des protections hygiéniques féminines réutilisables, Claripharm vient de remporter un appel d'offres de l'Organisation des Nations unies. Cette PME des Côtes-d'Armor sera désormais référencée dans 193 pays pour lutter contre la précarité menstruelle dans le monde.

Le chemin fut long et semé d'audits mais Claripharm a fini par remporter l'appel d'offres de l'Organisation des Nations Unies (ONU) sur les protections hygiéniques. L'entreprise des Côtes-d'Armor, basée à Saint-Alban, est désormais référencée auprès de 193 Etats et Organisations non-gouvernementales (ONG) pour son produit-phare : la coupe menstruelle, une alternative à l'utilisation des serviettes et tampons

37 entreprises en lice

Ce choix de l'ONU met la fondatrice et dirigeante de Claripharm sur un petit nuage. "C'est une reconnaissance de notre expertise, dit-elle, et de tout le travail réalisé depuis huit ans". 
C'est en début d'année 2021 que l'ONU prend contact avec la PME de Saint-Alban pour lui annoncer qu'elle va lancer un appel d'offres sur les coupes menstruelles. "On s'est dit, ok, on y répond. Mais on ne se doutait pas que cela demanderait autant de temps et d'investissement" souligne Clarisse Le Court.

Le dossier de Claripharm, et ceux de 36 autres sociétés, est retenu. Plusieurs critères de pré-sélection sont balayés : l'entreprise doit être entre les mains d'une femme à hauteur de 50 % et engagée dans une démarche écologique. "Ils sont en avance, à l'ONU" sourit la dirigeante costarmoricaine.

S'ensuivent des audits techniques et une multitude de vérifications qui passent au peigne fin tous les procédés de fabrication. Jusqu'au verdict rendu en décembre dernier : Claripharm est lauréate de l'appel d'offres. "Notre produit sera intégré à la plateforme de référencement de l'ONU, visible par tous les Etats-membres et ONG qui peuvent le commander pour les femmes en grande précarité" précise Clarisse Le Court.

L'urgence ukrainienne

Déjà présente sur le marché international, dans trente pays, la PME des Côtes-d'Armor monte d'un cran avec cette labellisation. L'ONU a déjà sollicité Claripharm pour mener une réflexion sur l'Ukraine et "proposer une solution d'urgence car, précise Clarisse Le Court, 800.000 naissances sont attendues dans les trois mois et les besoins en protections hygiéniques vont être énormes".

Une ONG du Gabon a elle aussi passé commande de coupes et culottes menstruelles.

Certifiée en tant que dispositif médical et vendue par Claripharm notamment au Japon, aux Etats-Unis, au Canada, au Vietnam, en Inde, la coupe menstruelle est "écologique, saine et durable, sans produits chimiques ni pesticide, chlore, glyphosate et autres éléments toxiques que l'on peut retrouver dans les tampons et serviettes classiques" rappelle la dirigeante de cette PME créée en 2013.