• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Saint-Brieuc : action des auto-écoles pour dénoncer la “concurrence déloyale” des plateformes en ligne

Une soixantaine de voitures d'auto-écoles ont manifesté dans le centre-ville de Saint-Brieuc / © France 3 Bretagne - J. Armand
Une soixantaine de voitures d'auto-écoles ont manifesté dans le centre-ville de Saint-Brieuc / © France 3 Bretagne - J. Armand

Ce lundi, une soixantaine de véhicules auto-école a défilé dans le centre-ville de Saint-Brieuc avant de s'immobiliser en milieu de matinée devant le centre commercial Les Champs. Les entreprises de conduite dénoncent la concurrence déloyale des plateformes en ligne de passage de permis.

Par Thierry Peigné


Leur ras-le bol et leurs craintes. Voici ce que veulent exprimer les entreprises d'enseignement de conduites ce lundi 17 décembre à Saint-Brieuc. Venus de toutes les Côtes d'Armor, gérants d'écoles de conduite ou simples moniteurs ont répondu à l'appel national de mobilisation d'un des syndicats des professionnels de l'enseignement de la conduite, l'UNIC, le syndicat des indépendants de la conduite.

Le mot d'ordre : dénoncer ce qu'ils appellent "l’ubérisation de la profession", favorisée selon eux par les plateformes en ligne qui emploient des moniteurs en auto-entrepreneurs et ne sont pas soumises aux mêmes règles.
 

De la concurrence déloyale des plateformes

"Les plateformes en ligne, c'est une concurrence déloyale" selon Marlène Ouice, gérante d'une auto-école à Dinan.

Selon eux, ces plateformes internet font travailler des moniteurs d’auto-école en auto-entrepreneurs. "Ces moniteurs indépendants n’ont pas de local et pas de charges. Ils prennent les élèves au passage sur des lieux de rendez-vous précis" ajoute la gérante de Dinan.

Autre grief envers ces plateformes selon les professionnels de la conduite, l’agrément préfectoral. Ce dernier, qui permet d'enseigner la conduite, ne serait délivré que pour un seul département. Or les plateformes en ligne ne disposeraient pour certaines que d'un seul agrément mais emploieraient des moniteurs dans plusieurs départements voire même sur toute la France. Ce qui serait interdit de faire sans agrément spécifique pour chaque département.
 

Des taxes trop élevées

Les manifestants réclament également que leur activité soit taxée à 5,5% et non à 20%."On entend à longueur de journée que le permis est trop cher et on nous taxe comme un produit de luxe à 20%. Tout le monde a maintenant besoin de passer le permis" explique un gérant d'auto-école.
 

Une délégation reçue à la DIRECCTE

Une délégation de quatre représentants de professionnels a été reçue par le directeur de l'antenne briochine de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, du travail et de l’emploi (DIRECCTE). Des discussions qui ont surtout tourné autour du cas d'une plateforme en ligne avec un agrément de Loire-Atlantique et qui emploierait des moniteurs indépendants en Ille-et-vilaine et dans les Côtes d'Armor.

Peu après 12h, les manifestants se dirigeaient vers la préfecture.
 

Sur le même sujet

Impact Gilet jaune à Brest

Les + Lus