VIDEO. Littoral. Pourquoi les cairns, ces amas de pierres artificiels, sont-ils une menace pour la biodiversité

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.C-A (avec Myriam Thiébaut)

Phénomène à la mode, les cairns constituent une menace pour la biodiversité. Ces empilements de cailloux sur les sentiers du littoral breton ne sont plus les bienvenus. Dans les Côtes-d'Armor, ils sont même démontés par le syndicat mixte du grand site cap d'Erquy - cap Fréhel.

Empiler des galets ou des cailloux pour laisser une trace de son passage sur les sentiers du littoral breton, ce n'est pas l'idée du siècle. Les cairns, ces amas artificiels de pierres, fleurissent un peu partout et sont une vraie plaie pour l'écosystème. Alors, certes, cela en jette sur les réseaux sociaux où chacun y va de sa photo-souvenir, mais la biodiversité, elle, s'en trouve menacée.

Du côté des caps d'Erquy et Fréhel, labellisés grand site de France depuis 2019, le syndicat mixte veille au grain et démonte ce que la main de l'Homme a construit sans se soucier des dommages causés à la faune et la flore locales.


Erosion


Ce territoire de 5.270 hectares accueille, chaque année, près de 2 millions de visiteurs. Les cairns y poussent comme des champignons (ou presque), écrasant au passage la végétation et bousculant l'habitat naturel des insectes et autres espèces qui utilisent les pierres pour se protéger.

Autre conséquence : l'accélération de l'érosion des sols. "Vous voyez, là, indique Aurélien Pierre, chargé de mission Natura 2000, il y avait des blocs rocheux sur le bord du chemin qui ont été arrachés. Avec la pluie et le ruissellement, on constate que les pierres et la terre qui sont sur le dessus commencent à glisser sur la partie basse. La roche mère est à nu et s'érode".

durée de la vidéo : 01min 43
Les cairns, une menace pour la biodiversité ©France 3 Bretagne

"Chaque pierre retirée concourt à l'érosion des falaises, insiste Stéphane Riallin, chargé de mission au Conservatoire du littoral. On entasse des petites pierres, c'est joli, ça amuse les enfants, ça fait une belle photo, sauf que ça crée de vrais problèmes géologiques et pour la préservation de la biodiversité "

Les gardes du Conservatoire du littoral opèrent donc des patrouilles pour sensibiliser le public et faire de la pédagogie sur l'ensemble de la Bretagne. "Surtout que pour entasser les pierres, les gens vont les déchausser à coups de pieds. On leur explique posément que tout ce qu'ils font participe à l'érosion du littoral, au recul du trait de côte et qu'à terme, cela met en péril les sites. Une fois qu'ils ont les bonnes informations, la plupart du temps, ils arrêtent de faire des cairns".

Au cap d'Erquy, les panneaux mentionnant l'interdiction de déplacer les pierres ont disparu du paysage après avoir été vandalisés. Ils devraient être réinstallés bientôt. "Ce serait bien qu'il y ait des petits panneaux pour attirer l'attention des touristes, observe cette promeneuse. Moi-même je n'avais pas conscience qu'il ne fallait pas toucher aux cailloux mais maintenant je le sais".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité