DECRYPTAGE. Elections régionales 2021 : langues bretonnes, l'union sacrée pour la défense du breton

Suite à la censure par le Conseil constitutionnel de la Loi Molac, et aux mobilisations de défense des langues régionales, tous les candidats aux Régionales entendent défendre l’enseignement et l’usage des langues bretonnes. Un combat symbolique. Le budget consacré, reste modeste.

© Florence Malésieux-France Télévisions

Le breton et le gallo sont des langues considérées comme « sérieusement en danger », par l’UNESCO. Ces deux langues sont chacune parlées par environ 200 000 personnes. Soit à peu près 5% de la population bretonne.

La région Bretagne dépense cette année 8,1 millions d’euros pour les langues bretonnes. C’est moins de 0,5% de son budget.

Tous les candidats aux élections régionales promettent d’accentuer leurs efforts pour préserver les langues bretonnes. La différence entre les listes se mesure à l’ampleur de cet « effort », selon le politologue Thomas Frinault.

On retrouve un engagement de tous les candidats sur ce thème. Le débat porte plus sur l'intensité de l'effort à fournir plus que sur le fait de fournir cet effort.

Thomas Frinault, politologue

De droite à gauche, tous les candidats sont sur cette ligne commune de "fournir un effort supplémentaire" en soutien aux langues régionales et à l'enseignement immersif. Reste à savoir le montant des investissements proposés.

durée de la vidéo: 00 min 40
Régionales : quel effort budgétaire pour soutenir les langues bretonnes ?

Cette ligne de front commune entre les candidats se place dans le prolongement du mouvement populaire d'indignation suite aux propos du ministre de l'Education.  

En mai dernier, le conseil constitutionnel a censuré la loi dite « Molac ». L’enseignement immersif des langues régionales est jugé ainsi contraire à la constitution française.

Tollé en Bretagne. Les candidats de tous bords font bloc. C’est l’union sacrée pour défendre les langues bretonnes.

durée de la vidéo: 00 min 23
Régionales : breton et gallo, symboles de la Bretagne

Pour Thomas Frinault, la charge symbolique est "inversement proportionnelle" à l'investissement budgetaire que cela représente.    

La charge symbolique est forte. Ce soutien peut séduire le noyau dur, usagé mais minoritaire, de ces langues régionales, et va séduire au delà des pratiquants des langues régionales.

Thomas Frinault, politologue

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bretonne culture culture régionale élections régionales 2021 politique élections