Démographie : en 2018, moins de naissances et plus de décès en Bretagne

La population a légèrement augmenté en Bretagne, grâce au solde migratoire. / © Radio France/Maxppp
La population a légèrement augmenté en Bretagne, grâce au solde migratoire. / © Radio France/Maxppp

L'INSEE vient de publier ses données sur l'année 2018 dans notre région. Encore une fois, les naissances se font moins nombreuses, contrairement aux décès. Toutefois, la population a crû de 0,18% l'an dernier. Des disparités existent entre les départements.

Par C.B.

Au 1er janvier 2019, la Bretagne compte 3.329.400 habitants. C'est 6.000 personnes de plus qu'en 2018. La population a donc augmenté de 0,18%, légérement plus que la moyenne nationale qui se situe à 0,13%.
La Bretagne est la 9ème région française la plus peuplée mais aussi l'une des plus âgées avec un âge moyen de 42 ans et demi soit 1 an et 3 mois de plus que la population française.
Loading...

Loading...

 

Des disparités entre les départements

L'Ille-et-Vilaine et le Morbihan ont gagné des habitants quand le Finistère et les Côtes-d'Armor en ont, eux, perdu. Toutefois, il faut relativiser ces chiffres, car l'ensemble de la région voit ses naissances baisser et ses décès augmenter.
La faute au vieillissement de la population : les plus de 65 ans représentent 22% des Bretons contre 17,8% il y a vingt ans.
Les baby-boomers vieillissant, la pyramide des âges s'épaissit vers son sommet. / © INSEE
Les baby-boomers vieillissant, la pyramide des âges s'épaissit vers son sommet. / © INSEE
Depuis 2015, le solde naturel est devenu négatif en Bretagne. C'est-à-dire que l'on recense plus de décès que de naissances. Malgré cet état de fait, la population bretonne augmente grâce à un solde migratoire positif : les personnes venant s'installer en Bretagne compensent cette perte.
Cela s'explique également par la baisse du nombre de femmes en âge d'avoir des enfants. Les femmes âgées de 25 à 34 ans sont en nette diminution depuis 5 ans : - 4,8%.

S'installant généralement dans l'est (Ille-et-Vilaine en particulier), les nouveaux arrivants compensent les pertes de population contrairement aux départements de l'ouest, Finistère en tête.
La courbe s'est inversée après plusieurs décennies de solde naturel positif. / © INSEE
La courbe s'est inversée après plusieurs décennies de solde naturel positif. / © INSEE
 Cet inversement s'explique également par la baisse du taux de fécondité des femmes bretonnes. Il se situe à 1,80 enfant par femme, légèrement moins que la moyenne nationale (1,84 enfant). Pour qu'il y ait renouvellement naturel de la population, le seuil est de l'ordre de 2,10 enfants par femme.
Les femmes bretonnes ont en moyenne 30 ans et 8 mois lorsqu'elles accouchent de leur premier enfant. 
 

Plus de mariages

Toutefois, la Bretagne connaît une augmentation du nombre de mariage. En 2017 (année de référence), on a célébré 267 mariages de plus qu'en 2016. En général, on se marie un peu plus tard en Bretagne que dans le reste du pays : 35 ans et 9 mois chez les hommes, 34 ans et 1 mois chez les femmes. 

L'âge du mariage recule depuis plusieurs années partout en France. La plupart des enfants naissent hors-mariage en Bretagne : environ 7 enfants sur 10.

Les remariages ne cessent d'augmenter par ailleurs : 17% des mariés bretons vont se remarier un jour.
Les femmes autour de 49 ans, les hommes autour de 53 ans. Et en général ce remariage intervient entre 10 et 12 ans après un divorce ou un veuvage.


 

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus