• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une salle de sport dans une ancienne chapelle, un musée ou encore une discothèque dans une ancienne prison, certains lieux ont deuxième vie avec une autre activité que celle de base. Ce sont des lieux, souvent bijoux architecturaux, qui se réinventent au gré des besoins actuels. Ces lieux ont une histoire et pour ne pas laisser le patrimoine dépérir, la nouvelle activité s’est certaines fois imposée…
        

EPISODE 1 / L’Hôtel pasteur


L’Hôtel Pasteur a été construit en 1888 par l’architecte de la ville de Rennes, Jean-Baptiste Martenot. Il abritera la faculté des sciences puis en 1968 l’école dentaire.
Sous l’impulsion politique de Daniel Delaveau, maire de Rennes  (2009-2014), Patrick Bouchain et l’association Notre Atelier Commun ont posé leur valise à Rennes afin de questionner la notion de non-programme et l’appropriation par l’usage de sites patrimoniaux inoccupés.
 
HOTEL PASTEUR RENNES / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
HOTEL PASTEUR RENNES / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
En janvier 2017, la permanence architecturale d'Encore Heureux s'installe dans l’Hôtel Pasteur adossé au bureau de la coordination.
Sophie Richard diplômée de l’Ecole Nationale d’architecture de Bretagne coordonne le projet.
En septembre 2019, huit classes de maternelle ouvriront à la place de l'ancien Centre de Soins Dentaires. (L'école des Faux-pont sera transférée au sein du bâtiment Pasteur)
Dans le cadre d'un principe "d'Hôtel à Projets" le lieu devra être capable d'accueillir et de répondre aux attentes des besoins de la société civile, porteuse de projets éphémères ou en phase émergente...
 
Une deuxième vie pour le patrimoine - Hôtel Pasteur


 

EPISODE 2 / La base des sous-marins de Lorient

En termes de réutilisation de lieu, la base des sous-marins de Lorient est un bel exemple.
Hitler y a construit 3 énormes blockhaus qui servaient à entretenir et construire les sous-marins allemands : Keroman I, II et III. 
Keroman III est le plus grand, 170 mètre de long pour 138 de large.
 
Visite de la Cité de la voile Éric Tabarly sur le site de l’ancienne base de sous-marins à Lorient / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE
Visite de la Cité de la voile Éric Tabarly sur le site de l’ancienne base de sous-marins à Lorient / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE

 
Ces géants de bétons sont indestructibles et la base devient une poche de résistance pour les allemands.
Ils y resteront jusqu’au 10 mai 1945, soit deux jours après la fin officielle de la guerre.
 
Après la guerre, c’est l’armée française qui reprend la base et profite des installations construites par les nazis pour y entretenir ses propres sous-marins.
L’armée remet la base à des activités civiles en 1997, dès lors on se questionne sur le devenir de la base. Au final, c’est petit à petit qu’elle reprend ses activités de constructions navales notamment pour les navigateurs qui font des courses au large.
On y construit aussi la cité de la voile « Éric Tabarly » et la base de Lorient devient un lieu de tourisme et de balade pour les Lorientais qui se sont réapproprié l’endroit.
 
Une deuxième vie pour le patrimoine - La base des sous-marins de Lorient


 

EPISODE 3 / Les Chapelles

En Bretagne comme partout en France, de plus en plus de lieux de cultes après avoir été désacralisés connaissent une deuxième activité.
A Rennes, les sœurs de la Chapelle des Clarisses sont parties en 2003. La chapelle a alors été rachetée par un groupe immobilier et c’est en 2017 que « L’Orange Bleue » chaîne de salle de sport s’est installée dans la chapelle. Lors de l’ouverture, le slogan « Venez brûler vos calories en enfer » avait fait polémique. Aujourd’hui c’est « Nokefa » qui a repris la salle, un concept de fitness autour de la boxe.
Les vitraux et la peinture murale ont été conservés.
 
  
La vente de certains lieux de cultes est souvent due à la baisse de la fréquentation par les fidèles. Selon l’INSEE, les français se déclarant catholiques sont passés 87% en 1972 à 64% en 2009.
Le cas de la chapelle des Clarisses n’est pas isolé, la chapelle Saint-Yves a elle été transformé en office de tourisme en 1998.
 
Une deuxième vie pour le patrimoine - Les Chapelles


 

EPISODE 4 / Les prisons

A Rennes, la prison Saint-Michel, PSM comme l’appelle les rennais est l’exemple d’une reconversion inédite. Elle a été construite à la fin du moyen-âge vers 1450, elle sera une maison d’arrêt puis prison militaire. Elle fermera en 1878. Par la suite, elle sera reprise par un négociant en vin, aujourd’hui elle a toujours son apparence moyenâgeuse mais c’est un lieu de fête. Bars, restaurants ou encore boîte de nuit dans les anciennes cellules, c’est un endroit apprécié des rennais.
 
   
 L' ancienne prison de Guingamp , une des premières prisons cellulaires des Côtes-d' Armor construite de 1834 à 1840 / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME
L' ancienne prison de Guingamp , une des premières prisons cellulaires des Côtes-d' Armor construite de 1834 à 1840 / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME
Cette prison raconte beaucoup sur le Rennes de l’époque et les traitements affligés aux prisonniers.
D’autres prisons ont vocation à être transformées comme celle de Guingamp. Construite en 1836, elle servira jusqu’en 1951, et après des décennies d’abandon, la nature avait repris ses droits.
En 1997, elle obtient la classification de monument historique ce qui a permis de lancer des projets de rénovation et réutilisation.
 
   
 
C’est finalement en 2008 que les premiers travaux sont engagés. L’ancienne prison de Guingamp deviendra un centre d’art, tenu par l’association GuinZégal. L’ouverture est prévue pour le premier semestre 2019.
 
Une deuxième vie pour le patrimoine - Les prisons