• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Diwan : les propos du ministre de l'Education passent mal

Ecole Diwan / © Fred TANNEAU / AFP
Ecole Diwan / © Fred TANNEAU / AFP

Lors de son audition devant le Sénat mardi 21 mai, Jean-Michel Blanquer s'est positionné contre le forfait scolaire pour les écoles en immersion. Il remet également en cause leurs méthodes pédagogiques. Ces propos ont soulevé une vague d'indignation dans le réseau Diwan.

Par Maylen Villaverde


A l'occasion du débat sur le projet de loi sur l’école qui se déroulait au Sénat Jean-Michel Banquer s'est positionné contre le forfait scolaire. L'amendement déposé par des sénateurs proposait que les écoles pratiquant l'enseignement immersif comme Diwan soient en partie financées par les communes à travers un "forfait communal". 

Suite à la prise de position du ministre les réseaux d'enseignement des langues régionales comme Diwan ne cachent pas leur inquiétude et leur déception.

"On se retouve au même point qu'il y a deux ans lorsqu'on nous a supprimé les emplois aidés. je compte bien que le gouvernement revienne à sa promesse et à son engagement" a déclaré Stéphanie Stoll Présidente de Diwan.

D'autres propos en marge des débats provoquent également un tollé...
 

"L'immersif c'est l'unilinguisme" selon Jean-Michel Blanquer

A l'occasion des débats le Ministre a également tenu des propos qui font fortement réagir les défenseurs des langues régionales. Jean-Michel Blanquer s'est en effet exprimé sur l'école immersive et l'apprentissage du français dans ces termes :
 

[...] l’immersif est l’unilinguisme puisque ce qu’on met derrière la notion de maternelle immersive, c’est le fait que les enfants ne parlent que la langue régionale. Déjà, d’un point de vue pédagogique il y aurait eu beaucoup à discuter autour de ça, on pourrait arriver à dire que cognitivement ce n’est pas si bon que ça, précisément si l’enfant est mis dans la situation d’ignorer la langue française. Sur le plan pédagogique, il y a une véritable question sur l’immersion.
 

Ce sont des déclarations "destabilisantes et inquiétantes" explique Stéphanie Stoll. "On fait de l'école immersive pour que les enfants soient bilingue [...] L'immersion c'est l'exclusion de rien ni de personne !" s'indigne la Présidente de Diwan.

Sur les réseaux sociaux les réactions sont nombreuses pour défendre le multilinguisme: 

Tweet de Tudi Kernalegenn, professeur à Sciences Po Rennes :
 


Tweet de l'Union Démocratique Bretonne :
 


Le reportage d'Arthur Conanec et Julien Le Bot :
 



Intervenante : Stéphanie Stoll, Présidente de Diwan


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le musée de la résistance bretonne

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer