• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La droite bretonne façon puzzle

Gilles Dufeigneux, Maël de Calan et Alain Cadec représentants de la droite façon "puzzle" / © DAMIEN MEYER / AFP - CHRISTOPHE SIMON / AFP
Gilles Dufeigneux, Maël de Calan et Alain Cadec représentants de la droite façon "puzzle" / © DAMIEN MEYER / AFP - CHRISTOPHE SIMON / AFP

Si Maël de Calan suit Valérie Pécresse, Alain Cadec, s'est positionné lui derrière Bruno Retailleau, et le Morbihannais Gilles Dufeigneux, se rapproche de Christian Estrosi, les politiques bretons se positionnent au sein d'une nouvelle cartographie de la droite française.

Par Krystell Veillard

Les hommes et les femmes politiques bretons se positionnent au sein d'une nouvelle cartographie de la droite en France. L'élection de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains au mois de décembre dernier, a provoqué et renforcé l'émergence de plusieurs mouvements au sein de la droite française, celui de Valérie Pécresse, "Libre!", la Force Républicaine de Bruno Retailleau, ou La France audacieuse de Christian Estrosi, apparue dès l'automne. 
 

Maël de Calan, avec Valérie Pécresse

  
Maël de Calan, ancien porte-parole d'Alain Juppé et concurrent malheureux de Laurent Wauquiez lors de l'élection du président des Républicains (LR), devient premier vice-président de Libres! mouvement lancé par Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France. Maël de Calan avait recueilli 9,25%  des voix lors de l'élection interne. Avec Valérie Portelli, il avait protesté contre une représentation jugée trop faible de ses proches dans les nouvelles instances de LR, dans lesquelles il a décidé de ne pas siéger.


Au sein de Libres! mouvement créé en contre-point des Républicains de Wauquiez, le Breton s'occupera du projet, épaulé par Patrick Stefanini, ancien directeur de campagne de François Fillon. L'élue de Pontivy,  Soizic Perrault, devient également une des porte-paroles du mouvement. Ce mouvement est devenu mouvement associé de LR lors d'un Conseil national houleux, lors duquel l'ancienne ministre a théorisé l'existence de "deux droites" qu'elle entend "réconcilier".


Alain Cadec, derrière Bruno Retailleau


L'organigramme de Libre! est dévoilé au lendemain d'une présentation des nouveaux responsables dirigeants de Force Républicaine, l'ex-micro parti de François Fillon désormais présidé par Bruno Retailleau, coordinateur de la campagne présidentielle de François Fillon, président du groupe LR au Sénat, ancien président du conseil départemental de la Vendée et du Conseil régional des Pays de la Loire. De ce côté là, c'est Alain Cadec, député européen et président du conseil départemental des Côtes d'Armor, qui en a été désigné comme le chef de file. Alain Cadec serait secondé par Catherine Rolandin, conseillère municipale et métropolitaine de Rennes.


Un communiqué rappelle que le mouvement "Force Républicaine exprime la synthèse d'une droite française attachée à l'autorité de l'État, à la liberté des Français et à la fierté nationale". "Ce n'est pas un mouvement associé à LR, précise encore le communiqué, c’est un mouvement civique qui n'est pas concurrent mais complémentaire des Républicains ". Bruno Retailleau, ajoute que Force Républicaine entend "porter la contradiction à Emmanuel Macron, sans esprit de caricature mais chaque fois que cela serait nécessaire".

Le Morbihannais Gilles Dufeigneux, de la F1 à "La France audacieuse" 


Le Vannetais, Gilles Dufeigneux, conseiller départemental du Morbihan, âgé de 53 ans, s'est lui rapproché de La France audacieuse de Christian Estrosi. Une proximité, liée au sport automobile. L'élu morbihannais, dont le nom est souvent évoqué pour succéder à François Goulard, dirige en effet le Grand Prix de France de Formule 1, présidé par l'ancien ministre et maire de Nice.


Le Breton était venu à la Formule 1, lorsqu'il était chef de cabinet de François Fillon, qui l'avait nommé délégué interministériel aux grands événements sportifs, avec la mission notamment d'organiser un Grand Prix de Formule 1 en France. Ce grand Prix de France de F1 va finalement voir le jour au Castelet au mois de juin prochain. Et de la F1 à la politique, le pas est vite franchi manifestement. Le Breton  a rejoint le mouvement de Christian Estrosi, lancé à l'automne par une vingtaine de maires de droite et du centre. La France audacieuse, qui réaffirme "le principe de la double appartenance de ses membres", a revendiqué "la stricte indépendance de La France Audacieuse vis-à-vis de tout autre parti politique", avec la volonté d'incarner "un mouvement politique de droite et du centre portant la voix des territoires, et d'être une force de propositions et de progrès"








A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus