Efficacité, effets secondaires… La vaccination anti-Covid expliquée par des médecins-chercheurs

La vaccination contre le Covid-19 interroge. Quelle est son efficacité ? Quelles sont les conditions de conservation des vaccins ? Des médecins-chercheurs de l'université Rennes 1 font le point, en vidéo.

Le vaccin contre la Covid-19 suscite les interrogations, auxquelles des médecins rennais ont décidé de répondre
Le vaccin contre la Covid-19 suscite les interrogations, auxquelles des médecins rennais ont décidé de répondre © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPP

Depuis début janvier, la campagne vaccinale s’accélère. En Bretagne, le coup d’envoi a eu lieu le 4 janvier à l’Ehpad du centre hospitalier Le Jeune, à Saint-Renan, dans le Finistère. Avec le temps, le nombre d’informations sur les vaccins se multiplient. Et il est parfois difficile de s’y retrouver : efficacité, effets secondaires, différences entre les vaccins…

Six médecins-chercheurs de l’université Rennes 1 ont donc décidé de répondre aux questions que se posent les Français sur la vaccination. Le tout, en vidéo. Objectif de cette démarche : "informer pour lutter contre les fake news", explique le professeur Matthieu Revest, infectiologue au CHU de Rennes et professeur à l’Université Rennes 1. "On nous reproche souvent un manque de transparence. Ces vidéos sont une opportunité de présenter les études sur les vaccins et de répondre aux interrogations que tout le monde se pose".


Quelle efficacité ?


Pour analyser l’efficacité du vaccin développé par Pfizer/BioNtech, le professeur Revest s'appuie sur l’étude initiale publiée dans la revue médicale New England Journal of Medicine. "Nous donnons les faits, il n’y a aucun conflit d’intérêt", assure le professeur.

L’étude inclut 44 000 patients de plus de 16 ans. "C’est un chiffre important, c’est plus que d’autres études vaccinales", explique l'infectiologue, avant d’ajouter : "seulement 8 cas de Covid ont été documentés dans le groupe de patients vaccinés. Ces cas sont survenus assez précocement après la première dose. Dans le groupe Placebo, 162 cas positifs. On a donc une très grande efficacité, évaluée à 95 %. Et ce, quel que soit l’âge".
 

Le Pr Matthieu Revest présente l'efficacité et la tolérance du vaccin Pfizer anti-COVID19


Quels effets secondaires ?


Le professeur Revest poursuit : dans cette étude, il n’y aurait pas d’effets secondaires graves rapportés. "Il y a une très bonne tolérance à tout âge. Pour les patients de plus de 65 ans, les douleurs restent légères pour la majorité d’entre eux, voire modérées". 

Fièvre, maux de tête, fatigue, frissons, douleurs musculaires et articulaires… Selon Matthieu Revest, il s’agit d’effets secondaires "parfaitement attendues", en plus de la sensation de douleur légère, voire modérée, localement au point d'injection.


Quelles différences entre les vaccins Pfizer et Moderna ?


Tout juste autorisé par les instances sanitaires européennes, le vaccin de Moderna devrait être distribué prochainement dans toute l'Union européenne. Une étude va bientôt être publiée sur ce vaccin qui a rassemblé 30 000 patients, dont l'analyse par le professeur Revest sera disponible sur le site de Rennes 1.

Comme le vaccin Pfizer, le vaccin Moderna est basée sur une technologie innovante, qui rompt avec les vaccins classiques. "Les deux vaccins ont la même cible de protection", affirme l'infectiologue du CHU Rennes.
Concernant les effets secondaires, ils sont similaires, même si le Moderna "a un peu plus de cas d’effets secondaires, mais qui n’impactent pas l’activité de tous les jours". La durée à respecter entre les deux doses est en revanche différente : 21 jours pour Pfizer et 28 jours pour Moderna.
 

Dans cette vidéo, le Pr Pierre Tattevin présente le processus de développement des vaccins contre le coronavirus. ©CHU de Rennes

 

Autre différence : l’organisation logistique. Selon le professeur Revest, le vaccin Moderna serait un "vaccin de ville" qui nécessite une organisation logistique moins complexe, puisqu’il peut être conservé à -20°C, contre -71°C pour celui de Pfizer, qui serait donc "plutôt un vaccin d’hôpital".

"Il ne faut pas oublier que l’on a seulement deux mois de recul", rappelle le professeur Revest. Nous n’avons pas encore pu identifier d’effets secondaires très rares". 

Pour visionner les autres vidéos des médecins-chercheurs de l'université Rennes 1, c'est par ici.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins