Covid-19 : des maires du Finistère veulent prendre la main pour accélérer la campagne de vaccination

Depuis quelques jours, plusieurs élus locaux se disent prêts à mettre à disposition des locaux pour organiser la vaccination des habitants. Des maires du Finistère nous expliquent comment ils souhaitent agir sur leur territoire.

 

Les collectivités locales demandent à être associées à la campagne vaccinale contre le Covid-19.
Les collectivités locales demandent à être associées à la campagne vaccinale contre le Covid-19. © Jean-Marc LOOS / MaxPPP

Vaccination des personnes fragiles, des soignants en dehors des Ehpad... Le ministre de la Santé Olivier Véran l’a annoncé : la vaccination contre le Covid-19 concernera plus de monde ces prochains jours. Des élus locaux pensent que la campagne de vaccination peut s’accélerer en s’appuyant sur leurs territoires.

Le maire de Carhaix, Christian Troadec, fait partie des maires qui proposent de mettre à disposition un lieu pour accueillir les personnes ayant besoin d'être vaccinés par le Covid-19. Il souhaite mettre en place un centre de vaccination dans une salle de spectacle. Le maire de cette commune de 7 300 habitants a en effet fait savoir à l'agence régionale de santé (ARS) qu'il met l'espace à disposition, comme il l'avait fait lors de la grippe H1N1. "En 2009, on avait mis 50 bénévoles à disposition", explique l'élu, avant d'ajouter : "Pourquoi pas organiser un recensement... La salle est quasiment prête aujourd'hui !"

C'est le cas aussi de Pierre Ogor, maire DVD de Guilers, qui peut mettre l'une de ses salles communales à disposition. "Il nous faut pour des structures adaptées pour des population de 8 000 à 15 000 habitants", fustige l'élu.

Si on ne se met pas tous en ordre de marche, ce sera un échec final pour un programme de vaccination qui pourrait durer un an. Et là on aura rien résolu du tout.

Pierre Ogor, maire de Guilers (Finistère)

 

Un raisonnement qu'entend le président de l'association des maires de Bretagne et maire de Plougastel-Daoulas, Dominique Cap, qui se montre en revanche plus modéré : "Ces vaccins doivent être répartis de façon intelligente sur le territoire. En tant qu'élu, on ne doit pas se dire "je vais vacciner toute ma population dans ma commune et tant pis pour les autres"".

Les grandes villes appellent à accélérer la campagne

Dans une tribune publiée le 5 janvier, les élus des grandes villes, dont la maire socialiste de Rennes Nathalie Appéré, rassemblés au sein de l'association France Urbaine demandent une accéleration du déploiement de la vaccination."Les solutions se trouvent pour une bonne partie dans les territoires, et les grandes villes et intercommunalités ne demandent qu’à les activer en étroite coordination avec l’Etat. Il n’y a plus de temps à perdre."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins