Emoji breton : plus de 20 000 signatures récoltées pour représenter la culture bretonne sur la toile

Capture d'écran de la page d'accueil du site internet https://www.emoji.bzh/ le 11/09/2018
Capture d'écran de la page d'accueil du site internet https://www.emoji.bzh/ le 11/09/2018

En trois mois, plus de 20 000 personnes ont signé une pétition pour convaincre les géants du net à créer un emoji, c’est-à-dire une petite icône qu’on utilise pour communiquer par texto et par mail, qui représenterait le drapeau breton.
 

Par Louise Cognard


Un collectif breton, le même qui a créé le .bzh, avait lancé en juin dernier une pétition, baptisée #emojibzh, pour recueillir 20 000 signatures. Le pari est réussi. 
 
 

Convaincre les GAFA

Pour pouvoir faire partie de l’alphabet universel des emojis, présent sur les téléphones portables, les tablettes et les ordinateurs, l’emoji "drapeau breton" doit être validé auprès du Consortium Unicode, dont les membres font partie des GAFA, les géants américains de l’Internet fixe et mobile, comme par exemple Google, Apple, Facebook et Amazon.  Le consortium se réunit la semaine prochaine pour une première délibération qui permettra de sélectionner les emojis qui seront intégrés dans "l’alphabet" d’Unicode en 2019.
 
92% des personnes connectées utilisent les emojis dans leurs messages / © MIGUEL MEDINA / AFP
92% des personnes connectées utilisent les emojis dans leurs messages / © MIGUEL MEDINA / AFP
 

Des critères très précis détaillés par le Consortium

Les critères de sélection sont drastiques comme l’explique dans son article, le journaliste de Mashable, Johnny Lieu : l’emoji doit à la fois être compatible avec toutes les plateformes d’utilisation et répondre au potentiel d’utilisation, c’est-à-dire "avoir un usage multiple, dans son sens littéral comme métaphorique et symbolique." La Bretagne, métaphorique, symbolique et à usage multiple ? A vous de juger. Pour avoir plus de détails sur les critères de sélection, vous pouvez aussi vous rendrez directement sur le site du Consortium Unicode

Attention à ne pas crier victoire trop vite cependant car le journaliste Johnny Lieu explique aussi que "pour le Consortium, l'effet des pétitions est "surestimé" : elles ont peu de conséquences sur les chances de voir un emoji retenu dans Unicode".

L’association www.bzh et la Région Bretagne vont envoyer leur candidature au Consortium demain après-midi. Réponse dans les mois à venir.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus