15 ans après la disparition de l'Abbé Pierre, les communautés d'Emmaüs saluent sa mémoire

Publié le Mis à jour le

Le 22 janvier 2007, l'abbé Pierre tirait sa révérence après une vie consacrée à la lutte contre l'exclusion et la pauvreté. Sa fondation a fait naître les Communautés d'Emmaüs. En Bretagne, il en existe plus d'une dizaine où travaillent et vivent au quotidien compagnes et compagnons qui aujourd'hui encore saluent sa mémoire et respectent les principes de solidarité qu'il prônait ardemment.

Ce samedi matin, Joël, compagnon de la communauté Emmaüs de Saint-Brieuc tient le standard de la boutique où sont vendus les articles remis en état par ses camarades. Parfois, il est à l'atelier ou en cuisine, parfois directement à la vente. Là, il discute avec les clients , prend le temps d'écouter les confidences. C'est important dit-il. Car Joël sait ce qu'est une main tendue et une oreille attentive. 

Alors qu'il approche de la retraite, il aura passé onze ans chez les compagnons.

J'ai eu des problèmes de santé, j'avais du mal à trouver du travail et je ne voulais pas être une charge pour ma famille alors j'ai intégré les compagnons. Je suis entouré et ça me permet aussi d'aider les autres. L'Abbé Pierre, c'est indispensable ce qu'il a fait ! Avant de rentrer à Emmaüs, je ne le connaissais pas. J'ai beaucoup appris à la communauté !

Joël, compagnon Emmaüs communauté de Saint-Brieuc

Le souvenir de l'Abbé Pierre est encore dans toutes les mémoires. Les hommages se multiplient pour saluer celui qui, dans son état civil, s'appelait Henri Grouès et qui est  à l’origine d’un mouvement qui rassemble aujourd’hui plus de 30 000 personnes.

Prêtre original, longtemps personnalité préférée des Français, il a su créer un Mouvement fondé sur une intuition inédite. En 1949, l’Abbé Pierre est appelé auprès d’un ancien bagnard qui vient de faire une tentative de suicide, et, devant son désarroi, il lui dira cette phrase fondatrice pour le Mouvement Emmaüs : « Je ne peux rien te donner. Mais, toi qui n’as rien, au lieu de mourir, viens m’aider à aider ».

Puis une vie communautaire s’organise dans la maison qu’il a achetée à Neuilly-Plaisance, autour de l’activité de chiffonnier. Une activité toujours centrale chez Emmaüs ! Après les ravages de la guerre, les rigueurs de l’hiver 1954 tuent. Dans ce contexte de grave pénurie de logements, l’abbé Pierre lance un célèbre appel sur les ondes de Radio Luxembourg. C’est le point de départ de ce qu’on appellera « l’insurrection de la bonté ».

Des bretons à la cérémonie d'hommage 

Une cérémonie commémorative se déroule ce samedi 22 janvier au lieu de mémoire Abbé Pierre d'Esteville en Normandie. Un dépôt de clefs de logements Emmaüs construits en 2021 va être symboliquement effectué sur sa tombe .

Des compagnons venus de toute la France ont été invités. Parmi eux, 9 membres de la communauté de Saint-Brieuc . Jean-Paul Cancoin, responsable d'atelier de ce site est ravi que certains puissent partager ce moment. 

L'abbé Pierre a inauguré notre communauté de Saint-Brieuc en 1986. Nos anciens qui l'on croisé ne sont plus là mais aujourd'hui, nous accueillons 70 compagnes et compagnons. Auprès d'eux, nous continuons à faire connaître son action et son histoire et à faire vivre ses principes

Jean-Paul Cancoin

responsable d'atelier Emmaüs Saint-Brieuc

Un coup de fil à l'Evêque et tout s'arrange pour la communauté de Quimper !

L'homme qu'on ne voyait jamais sans sa célèbre cape et son béret a aussi croisé sur son chemin Jacques Jaffredou, ancien responsable de la communauté Emmaüs de Rédéné dans le Finistère. En 1989, pour l'inaugurations du centre de Rédéné puis en 1990 pour celui de Quimper. A chaque fois, l'abbé prend du temps pour discuter avec les compagnons et surtout, il donne des coups de pouce. 

L'abbé était venu inaugurer notre 1er atelier d'insertion pour les personnes à la rue à Quimper. Pour son extension, nous souhaitions acheter des terrains supplémentaires à l'évêché, mais nous avions essuyer un refus. L'abbé a plaidé notre cause et tout s 'est arrangé!

Jacques Jaffredou, ancien responsable communauté Emmaüs Rédéné

Celui-ci garde également précieusement la médaille de la ville que lui a donné l'abbé lors de son passage à Quimper. "C'est le maire de l'époque, Bernard Poignant, qui lui avait remise. Mais finalement,l'abbé a eu ce geste touchant, il m'a donné la médaille que j'ai toujours chez moi ! "

Pas de différence entre les puissants et les hommes de l'ombre pour l'Abbé Pierre. C'est ce qui fait qu'encore aujourd'hui, chaque compagnon reste fidèle à ses principes.