Air France : 40% de vols nationaux en moins d'ici à 2021, Hop ! Morlaix craint pour son avenir

Air France-KLM va réduire de 40% ses vols nationaux français d'ici à 2021, avec la fermeture de plusieurs destinations. La ligne Brest-Paris ne semble pas menacée, mais le site de Morlaix craint pour sa survie.

Hop ! (ex-Brit Air) fait partie du paysage économique de Morlaix depuis de nombreuses années.
Hop ! (ex-Brit Air) fait partie du paysage économique de Morlaix depuis de nombreuses années. © FRED TANNEAU / AFP
C'est une cure d'amaigrissement draconienne qui se profile pour Hop !, la filiale court-courrier d'Air France. "La capacité va être réduite de 40% sur la période d'ici à 2021, avec la fermeture de destinations, lorsqu'il y a une alternative ferroviaire à moins de 2h30 et lorsque ce service n'alimente pas le hub de Roissy-Charles-De-Gaulle", a expliqué Benjamin Smith, le PDG de la compagnie Air France KLM, lors de l'assemblée générale qui s'est tenue hier.

Cette mesure épargne a priori la ligne Brest-Paris, la seule à être opérée par Hop en Bretagne. Brest se trouve en effet à plus de 2h30 de train de la capitale. Mais les salariés du site Hop ! de Morlaix n'en sont pas moins inquiets. 300 personnes y travaillent, dont une moitié à la maintenance des appareils. 


Les salariés abattus et résignés

 

S'il y a 40% d'avions en moins à entretenir, il va forcément y avoir des fermetures de sites, et Morlaix pourrait en faire partie


Valérie Scattolin, élue Unsa au comité social et économique (CSE), s'exprime au nom de l'intersyndicale. "Ici, nous nous occupons de la flotte des Bombardiers CRJ . Ce sont des avions qui ont une petite capacité : 100 personnes au maximum. On craint qu'ils ne soient abandonnés pour être remplacés par des Airbus A 220 de 180 places, pour que les vols soient plus rentables. Au lieu de 5 ou 6 vols par jour entre Brest et Paris, il n'y en aurait plus que 2 ou 3."

Outre la maintenance, Morlaix assure la formation des pilotes sur simulateur de vol. Mais cette activité-là est très facilement délocalisable sur un autre site. 
"On va sauver Hop !, mais pas ses salariés, résume, amère, Valérie Scattolin. On est à la fois abattus et résignés face à ce qui apparaît inéluctable. Cela fait des années qu'Air France nous explique qu'une compagnie nationale n'a pas à assurer un maillage territorial.

Les vols court-courrier vont sans doute être repris par Transavia, la filiale à bas coût d'Air France. Le Covid tombe à point pour appliquer un plan prévu depuis longtemps." 


200 millions d'euros de pertes en 2019


Cette décision prise par Air France répond à une demande de l'Etat qui, en échange d'un soutien financier de 7 milliards d'euros, lui avait demandé d'améliorer sa rentabilité et son impact environnemental. L'adaptation du réseau d'Air France lorsqu'il existe des alternatives avec le train à moins de 2h30 fait partie des leviers de la compagnie pour atteindre l'objectif  de réduire ses émissions de CO2 de 50% sur ses vols domestiques au départ d'Orly et de région à région.

Benjamin Smith doit présenter à l'été une feuille de route pour son réseau domestique alors qu'Air France a perdu 200 millions d'euros en 2019 sur ses liaisons intérieures, fortement affectées par la concurrence des lignes de train à grande vitesse. Les lignes qui relient Orly à Bordeaux, Nantes et Lyon pourraient ainsi être concernées, tout comme d'autres routes qui ne sont pas rentables, dont quelques liaisons transversales, selon une source proche du dossier.

Air France-KLM, dont l'activité a été quasiment mise à l'arrêt par la crise du coronavirus, accuse une perte nette de 1,8 milliard d'euros au premier trimestre 2020.

La compagnie Hop ! emploie actuellement 2 700 personnes dans tout la France. Une diminution de 40 % de ses effectifs entrainerait la suppression de 1 200 postes. Un CSE est prévu dans la deuxième quinzaine de juin. Les salariés devraient alors en savoir plus sur leur sort.











 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports emploi
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter