Bac 2019: avec Théo pour l'épreuve de philo

Comme 35 860 candidats bretons, Théo a planché, lundi matin à Brest (Finistère), sur l'épreuve de philosophie du baccalauréat. Nous l'avons suivi pour sa première journée d'une semaine d'écrits.

Par Hélène Pédech

Serein et confiant.

A quelques minutes de la distribution des sujets des épreuves de philisophie, lundi matin, Théo affichait un calme olympien, que bien des candidats au baccalauréat pouvaient lui envier. Comme 35 860 candidats bretons, cet élève en terminale STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) du Lycée Jules Lesvène à Brest (Finistère) vient d'entamer une semaine marathon pour les épreuves écrites.

A l'heure du petit-déjeuner, Théo avoue ne pas être stressé plus que cela. "J'ai fourni un travail régulier, relu les auteurs en BU [bibliothèque universitaire]". Le candidat se sent prêt. POur lui, la philosophie a un coefficient 2.

 

Stress: à chacun sa technique



Et pour rejoindre l'établissement où il devait plancher, Théo a choisi de s'y rendre à pieds car cela l'aide à se concentrer.

Nous laissons Théo à la porte de sa salle d'examen toujours aussi détendu, en tout cas en apparence.


 

 

Les sujets



Et voici les sujets sur lesquels lui et ses camarades de la filière STMG ont pu phosphorer:

- « Seul ce qui peut s’échanger a-t-il de la valeur ? »
- « Les lois peuvent-elles faire notre bonheur ? »
- Un texte de Montaigne, Les Essais (1580)


Y a-t-il une vérité universelle ?



C'est ce dernier sujet; le commentaire de texte que Théo a choisi de traiter. A la sortie de l'épreuve le jeune-homme est plutôt satisfait. "Le texte posait la question de l'existence d'une vérité universelle. Il m'a semblé à la fois complet et complexe. C'était intéressant." 

Comme beaucoup de candidats, Théo a rendu sa copie en avance dès 11h15.

Pas question pour lui de se jeter sur les corrigés parus sur internet dès 9 heures ce matin. "Je regarderai peut-être quand toutes les épreuves seront passées".

 

Encore une semaine d'épreuves



Place, cet après-midi aux dernières révisions avant l'épreuve de mathématiques demain matin. "Pas vraiment mon fort", reconnait le lycéen.

Pour lui, les épreuves s'achèveront lundi 24 juin avec le droit et l'économie. Il lui faudra attendre le 5 juillet pour savoir s'il décroche ou non le précieux diplôme. L'an prochain, Théo prévoit de suivre un BTS audiovisuel à Lesneven (Finistère). D'ici là, c'est une autre épreuve qui l'attend: trouver une entreprise qui accepte de l'accueillir en alternance.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus