Brest : blocage du dépôt pétrolier sur le port de commerce par les artisans du BTP

Un barrage filtrant sur la route du port de Brest depuis hier soir / © Lucile ANDRÉ / France 3 Iroise
Un barrage filtrant sur la route du port de Brest depuis hier soir / © Lucile ANDRÉ / France 3 Iroise

Depuis le début de la matinée des artisans du BTP ont mis en place un barrage filtrant pour empêcher tout approvisionnement de carburants. Ils protestent contre la suppression prochaine du gasoil non routier GNR

Par Marc-André Mouchère

À Brest les artisans du bâtiment et des travaux publics (BTP) bloquent les accès du dépot pétrolier depuis hier soir aux camions qui voudraient approvisionner. Un barrage filtrant laisse passer les voitures des particuliers.

Comme à Lorient et Rennes, c'est à l'appel de la CNATP ( Chambre Nationale des Artisans des Travaux Publics et du Paysage), que ces artisans du BTP se mobilisent contre une mesure de la loi de finances 2020, visant à supprimer l'avantage du gazole rouge. Ce carburant, qui a remplacé le fuel depuis 2011 pour faire fonctionner les engins de chantier bénéficiait jusqu'à présent d'une détaxe, contrairement au gasoil des véhicules légers.
 

Une hausse de 55 centimes du litre 

Si la mesure passe, elle supprimera d'ici deux ans, le taux réduit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Les entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) seront alors contraintes d'utiliser un carburant identique à celui des voitures de particuliers. Leurs charges pourraient grimper de 10%.
 

Un peu seuls contre tous

Les artisans du BTP, souvent de petites entreprises de moins de dix salariés, sont remontés contre le gouvernement qui impose cette mesure à eux seuls. En effet la mesure ne touchera pas les pêcheurs, les entreprises agricoles ni le transport fluvial. D'autres secteurs encore, comme le transport frigorifique ou les niveleuses à neige, échappent à cette mesure fiscale qui se veut d'abord écologique. Le gouvernement veut pousser le BTP à s'équiper d'engins plus sobres mais qui selon eux n'existent toujours pas.
Interview à Lorient de Norbert Guillou, entrepreneur du BTP
par Stéphane Izad et Philippe Beaugey / France 3 Lorient

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus