Brest. Le Spote, terrain de jeu pour le street art accueille une dernière fois les visiteurs, avant la démolition des locaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Colin
Le street art a pris ses marques dans une partie des anciens locaux de la Poste Centrale de Brest. Ces derniers seront détruits en janvier 2022.
Le street art a pris ses marques dans une partie des anciens locaux de la Poste Centrale de Brest. Ces derniers seront détruits en janvier 2022. © J. Jeunemaître - France Télévisions

Les locaux désaffectés de la Poste centrale de Brest désormais baptisés Spote mettent le street art à l'honneur depuis cet été. Le lieu voué à la démolition accueille une dernière fois les visiteurs, le temps d'un marché de Noël ce week-end.

Il a attiré près de 10 000 visiteurs depuis cet été. Le Spote, musée éphémère dédié au graff s'est installé dans les anciens locaux de la grande Poste de Brest, rue Algésiras. Trente artistes locaux et internationaux ont investi cet espace de 4000 m², également animé de concerts et d'un marché de Noël.

Art éphémère avant la destruction des bâtiments

Ce week-end marque les derniers jours pour apprécier les lieux tels qu'ils ont été revisités par les artistes. Fin janvier, ces locaux seront démolis pour laisser la place à un projet de résidence pour seniors. 

Le groupe La Poste avait confié les clés de cette "friche" à la ville de Brest, à l’association Projet 0.0, et notamment aux artistes brestois Wen 2, Worm et Guillaume Duval. Tous ont décidé de préserver l’essence du lieu, en valorisant ce patrimoine historique et industriel et en faisait du visiteur un acteur de sa déambulation. Bombardée pendant la guerre en 1944 et reconstruit en 1950, l'endroit avait hébergé une plateforme de distribution du courrier. "C'est un lieu, c'est des surfaces, il y a une âme. La première fois qu'on est rentrés ici, on avait des étoiles plein les yeux" se rappelle Wen2. 

En attendant, les murs habillés suscitent l'enthousiasme. "Ce lieu est vraiment atypique, c'est très agréable à voir et c'est une très belle découverte", relève Sylvie. Nathalie regrette elle de le voir disparaître. "Je trouve que ce lieu est superbe et je trouve qu'il ne devrait pas fermer, il devrait rester ouvert en permanence". 

Brest est une ville historiquement où il y a eu beaucoup de graffitis, dans les années 2000 sur le port de commerce. Le Brestois est habitué à voir ces fresques murales et est demandeur justement de peinture et de couleurs dans la ville. Là, on est dans un espace clos, de 4 000 m² quand même, avec des grands murs d'expression où on s'est éclatés !

Gwendal Huet, alias WEN2 Street-artist

Robert lui a sauté sur cette ultime occasion pour redécouvrir le centre de tri, dans lequel il a passé toute sa carrière. C'est presque comme si c'était hier...Il reconnaît l'endroit où se trouvait le bureau de son ancien collègue Michel. "Il y avait une sacrée ambiance, ça bougeait de partout", se souvient-il un peu ému de venir ici pour une dernière fois. "C'est sûr que les murs n'étaient pas comme ça. Là c'est joli, ça aurait dû être fait avant" rigole-t-il. 

La deuxième vie du bâtiment postal s'achève donc ce dimanche. Fermeture des portes à 18 h. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.