Brest vue du ciel. Des milliers de clichés offerts par un photographe pour raconter l’histoire de la cité du Ponant

Publié le
Écrit par SB avec Catherine Aubaile

Pendant des années, de 1970 à 2005, Robert Gernot a survolé et photographié Brest. Il a offert ses milliers de clichés aux archives. Un témoignage visuel extraordinaire de l’évolution de la ville.

"Ici, c’est le Rubis, là, le Brazilian Marina, l’Hermione". Plein d’émotions, Robert Gernot désigne chacun des bateaux sur le cliché. En se plongeant dans la photo, il revit l’instant. "C’était dans la P112, une zone sous surveillance marine. On ne pouvait pas voler à cause des sous-marins nucléaires, il nous fallait des autorisations. On faisait une demande préalable dans laquelle on expliquait le motif de notre mission et on nous accordait un accompagnateur. "

A bord d’un petit Rallye de la Finist’air, puis d’un Cessna, Robert Gernot a parcouru le ciel brestois. Le port, la ville, "il fallait parfois sortir pour prendre la photo, c'était plus facile en hélico, on pouvait se mettre sur le patin ! Mais l’avion, pour moi, c’est devenu familier. "

Une photo fige un instant

"Ce qui est bien, c’est que du ciel, on voit l’évolution" confie Robert. "Le technopole par exemple, au départ, il n’y avait rien et puis ça s’est construit à toute vitesse. " 

Photographe industriel, Robert Gernot a vu les Universités, les immeubles sortir de terre. Il est arrivé dans la cité du Ponant en 1970 et a donc vu, dans son objectif, toutes les évolutions s’opérer. Il a vu Bellevue s’ériger, les tours s’élever dans le ciel.

Un amoureux de Brest

"Brest est une ville moderne qui ne s’encroute pas dans son passé. Ce n’est pas une ville anonyme" témoigne le photographe.

Pendant toutes ses années, il a fait quelques 20 000 clichés, diapos et négatifs qu’il a décidé d’offrir aux archives municipales. Un trésor inestimable qu’il faut maintenant numériser, documenter. "Nous devons réussir à déterminer ce qu’on a sur chaque photo explique Chantal Rio, la responsable des Archives de Brest Métropole. Si on met une photo et qu’on ne dit pas ce que c’est cela ne sert à rien."

Pour les Archives, c’est sans doute des années de travail, mais cela permet de voir comment la ville s’est peu à peu transformée. Et puis Robert Gernot a photographié la ville mais aussi les habitants.

Robert Gernot rêve de reprendre les airs. Du plancher des vaches, il a vu plein de changements, le tramway, le port de commerce… il voudrait les survoler encore et les immortaliser avec son appareil photo. Brest est si belle, vue du ciel !