Coronavirus : elles s'entraînent quand même pour les Jeux Olympiques de Tokyo

Marie Bolou poursuit les entraînements dans le jardin de ses parents dans le Finistère Sud / © DR
Marie Bolou poursuit les entraînements dans le jardin de ses parents dans le Finistère Sud / © DR

Rester en forme et motivés, garder en tête son objectif... Confinés comme tous les Français, les sportifs se préparent aux JO de Tokyo, alors q'un report est de plus en plus probable. Nous avons demandé à Aloïse Retornaz et Marie Bolou de nous raconter leurs entraînements confinés.
  

Par Sylvaine Salliou


Finies les sorties en mer, finis les entraînements sur l'eau pour Marie Bolou ou Aloïse Retornaz, toutes les 2 qualifiées pour les Jeux Olympiques. Depuis le début du confinement, lié à l'épidémie de coronavirus, les 2 championnes de voile s'entraînent au sec... Elle s'appellent aussi et s'encouragent avec les autres sportifs qualifiés, comme Camille Lecointre avec qui Aloïse Retornaz devrait naviguer à Tokyo.

Heureusement, le Pôle France Voile de Brest leur a prêté du matériel pour qu'elles puissent poursuivre leur préparation physique. Elles s'entraînent donc... entre séances de musculation ou de cardio ou training sur les vélos... dans leur appartement ou le jardin de leurs parents.

Garder la motivation


Marie Bolou a choisi de passer ces quelques semaines de confinement dans la maison familiale dans le Finistère Sud. Elle n'est pas toute seule, ses parents l'encouragent dans sa préparation. 
 

J'ai rapatrié la salle de sport à la maison


Le Pôle France Voile de Brest lui a prêté un vélo et des appareils pour faire de la musculation et du gainage. "Je pousse de la fonte ", dit-elle. Elle s'entraîne 4 heures par jour environ, contre 5 ou 6 heures d'habitude, dont 4 heures sur l'eau...

"Je perds en volume de navigation, explique-t-elle au téléphone, mais j'essaie de trouver des solutions pour ne pas avoir de pertes physiques. Le laser [sa spécialité] demande beaucoup de capacités physiques, donc je me concentre et quand je reviendrai sur l'eau, je me focaliserai sur mon bateau". "L'appel de la mer... la mer me manque", dit-elle, sans se plaindre quand elle pense à tous les soignants qui sont mobilisés contre le coronavirus aujourd'hui. Sa dernière navigation remonte au mois de février dernier lors des championnats du monde en Australie. 
 

J'ai une terrasse , je vois la mer, c'est déjà ça


Drôle de découverte du milieu olympiqiue pour Aloïse Retornaz. C'est la première fois qu'elle est qualifiée, mais navigue avec Camille Lecointre, qui connaît bien le milieu puisqu'elle a décroché le bronze à Rio il y a quatre ans.

JO reportés, annulés maintenus?

Jusqu'ici inflexible quant à la tenue des Jeux olympiques de Tokyo cet été comme prévu, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a admis hier qu'un report "pourrait devenir inévitable"Ce mardi 24 mars, il doit s'entretenir avec le président du CIO Thomas Bach par téléphone à ce propos. On devrait donc en savoir plus. 

Tous les sportifs qualifiés se posent cette question du report ou pas. Aloïse croise les doigts et espère qu'ils seront maintenus bien sûr : "s'ils sont reportés, ce qui est probable, on s'adaptera, on aura quelques mois supplémentaires pour s'entraîner" se convainc-t-elle. Alors, les filles guettent les infos et essaient de ne pas trop en parler entre elles, quand elles s'appellent. Aloïse commence d'ailleurs un sevrage d'infos pour se concentrer sur l'objectif et garder sa motivation.

Aloïse passe aussi beaucoup de temps à regarder la mer depuis sa terrasse et se dit qu'elle a bien de la chance. Elle visionne aussi des vidéos de compétition de voile.  Côté logistique, Camille et Aloïse ont réussi à faire partir un de leurs 3 bateaux au Japon en prévision des JO. "On est prête", dit-elle avec un grand sourire, perçu lors de cette conversation téléphonique. 

En attendant elle essaie de montrer l'exemple, elle ne sort pas faire de sport à l'extérieur, elle reste dans son appartement. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus