• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Détenu radicalisé évadé de Brest : trois nouvelles mises en examen

La prison de Brest, où s'est évadé Anthony Pondaven. / © MaxPPP/PHOTOPQR/LE TELEGRAMME
La prison de Brest, où s'est évadé Anthony Pondaven. / © MaxPPP/PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Deux hommes, ainsi que la compagne du détenu radicalisé qui a été arrêté en Espagne après son évasion à Brest il y a quinze jours, ont été mis en examen jeudi, soupçonnés de l'avoir aidé dans sa fuite, a-t-on appris de source judiciaire.

Par AFP


Ces trois complices ont été mis en examen pour "complicité d'évasion avec violence et association de malfaiteurs", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Brest Jean-Philippe Récappé. Ils avaient été interpellés mardi.

Deux complices interpellés à Saint-Brieuc

La compagne du détenu radicalisé, âgée de 21 ans, et dont le casier judiciaire est vierge, a été placée en détention provisoire à Brest, a précisé Jean-Philippe Récappé.

Les deux autres, âgés de 30 et de 24 ans, "connus de la justice", ont été conduits au centre pénitentiaire de Lorient-Plomeur pour l'un et à la maison d'arrêt de Saint-Malo pour l'autre. Ils avaient été interpellés à Saint-Brieuc.


Le fugitif fiché S, présenté à un juge brestois la semaine prochaine

Le détenu radicalisé, âgé de 21 ans, a été arrêté avec un complice dans la nuit de lundi à mardi à San Sebastien (dans le nord de l'Espagne) lors d'un contrôle d'identité. Tous deux ont accepté leur extradition vers la France. Ils pourraient être présentés à un juge à Brest la semaine prochaine.

Ecroué à la maison d'arrêt de Brest, Anthony Pondaven avait profité le 16 mai d'un transfert médical pour prendre la fuite avec un complice à bord d'une voiture, au moment de son arrivée à l'hôpital. Le conducteur de cette voiture, qui s'était rendu le lendemain de  l'évasion, a été mis en examen pour complicité d'évasion et écroué.


Originaire de Landerneau, près de Brest, Anthony Pondaven n'a jamais été condamné pour des faits de terrorisme ou d'apologie, mais il était suivi au titre de la radicalisation islamiste en prison et a fait l'objet d'une fiche des renseignements. Il ne tenait pas de discours rigoriste, ni avant ni pendant sa détention. Le Breton était en détention provisoire depuis le 13 novembre pour "vol par escalade dans un entrepôt".

A lire aussi

Sur le même sujet

Eugénie Le sommer, star bretonne du foot

Les + Lus