Entre sable du Sahara et pollen de bouleau, un week-end risqué pour la qualité de l'air en Bretagne

Ce samedi 6 avril 2024, la qualité de l'air est dégradée dans une grande partie de la Bretagne. Plusieurs phénomènes s'additionnent : de forts taux d'ozone, du sable venu du Sahara et une forte concentration de pollens dans l'air..

Ce samedi 6 avril 2024, la qualité de l'air est dégradée sur la majorité du territoire breton, selon le dernier bulletin de l'association AirBreizh sur la qualité de l'air.

Ozone et sable du Sahara

De fortes quantités d'ozone ont dégradé l'indice de qualité de l'air Atmo sur la Bretagne.

À cela s'ajoute aussi dans l'air du sable venu du Sahara. En cause dans cet épisode, "la dépression Katleen sur l'Atlantique, qui touche l'Irlande avec des vents tempétueux. Ce flux, orienté au sud, a soulevé des poussières au Sahara qui arrivent sur l'ouest de la France ce matin", selon le météorologue Sébastien Decaux. "Le ciel est simplement voilé mais il peut d'ailleurs y avoir un peu de poussière sur les véhicules, avec la pluie qui tombe un peu sur l’ouest ce matin et ce soir sur l’est."

Un épisode similaire avait déjà traversé la région en septembre 2023.

À LIRE : Sable du Sahara. Dégradation de l'air et pollution aux particules fines

Les services de l'État appellent de leur côté la population à la prudence. "Si l’épisode venait à s’intensifier et que les prévisions de la qualité de l’air ambiant d'AirBreizh atteignaient un niveau supérieur à la normale de PM10, la procédure d’alerte serait activée pour l’ensemble du département", prévoit déjà la préfecture d’Ille-et-Vilaine.

La situation devrait néanmoins s'améliorer rapidement. "De la pluie est attendue ce soir, et un vent de secteur sud-ouest va ramener de l'air océanique, plus propre", détaille Sébastien Decaux. "Les poussières vont se décaler vers l'est de la France. À l'ouest de la Bretagne, on aura de très très belles éclaircies. À l’est, en marge de la perturbation, le ciel sera voilé en Ille-et-Vilaine."

De fortes quantités de pollens

"Cet épisode de pollution va charger l’atmosphère en particules fines et aggraver l'irritation des voies respiratoires", prévient Sophie Frain, infirmière et analyste pollinique pour Capt’air Bretagne. "À ça s'ajoute une alerte pollinique sur le pollen de bouleau." Le Réseau national de surveillance aérobiologique alerte en effet sur les fortes quantités de pollens présentes dans l'air ce week-end en Bretagne. L'Ille-et-Vilaine est placée en niveau de risque rouge, et les trois autres départements bretons sont placés en niveau jaune.

Le pollen de bouleau est habituellement présent dans l'air au début du printemps mais d'autres espèces de plantes pourraient bien être recensées dans les prochaines semaines : "Il a fait très chaud cet hiver, ce qui augmente les quantités de CO2, stresse les plantes, qui fleurissent plus tôt. On commence déjà à voir du chêne sur nos capteurs, ça veut dire qu’on aura des allergies dans les prochaines semaines."

On a battu des records de douceur ces dernières semaines.

Sébastien Decaux

Météorologue

Les pluies des dernières semaines ont aidé le pollen à se plaquer sur le sol et à éviter la dispersion par le vent. Mais les températures et le vent sont des facteurs qui favorisent quand même la dispersion des pollens sur de grandes distances. "On a battu des records de douceur ces dernières semaines, ce matin, on a mesuré entre 15 et 17°C, soit dix degrés au-dessus des moyennes de saison", confirme Sébastien Decaux. "Aujourd'hui, le temps est sec, il y a du vent, entre 40 et 50 km/h et la saison pollinique est un peu en avance. À voir si ce temps se maintient dans les prochains jours, alors qu'on attend enfin le retour de l'anticyclone des Açores, qui va engendrer du temps calme, plus sec, avec une hausse des températures."

"En Ille-et-Vilaine, il y a beaucoup de bouleaux qui poussent en ville et le long des quatre voies", résume Sophie Frain. "Ce sont des choix d'urbanisme. Il n'y a pas forcément plus de pollen dans l'air par rapport aux autres années mais vu la météo actuelle et les symptômes décrits par les patients et les médecins-sentinelles, on recense quand même toutes ces expositions dites de proximité."

Sophie Frain recommande donc de "ne surtout pas étendre son linge dehors, sinon on passe la nuit avec, de se rincer les cheveux le soir, et de ne pas hésiter à porter un masque. Il faut faire attention aux symptômes : des conjonctivites allergiques, des rhinites allergiques, jusqu’à la crise d’asthme."