Guêpes et frelons asiatiques : le cauchemar de cet été , attention aux piqûres !

Publié le
Écrit par catherine Jauneau avec Florence Malésieux

Vous vous apprêtez peut-être à dîner dehors pour profiter de la fin de journée ensoleillée : le tableau pourrait bien être gâché par les guêpes et les frelons qui prolifèrent cet été. En cause: un hiver doux et un printemps idéal pour favoriser la création de colonies.

Des convives indésirables qui s'invitent à table : La pause déjeuner en famille n'est plus vraiment un moment de détente. Depuis plusieurs semaines, les guêpes se délectent en nombre sur les terrasses. Elles envahissent aussi les chemins creux, comme ici à Tréglonou dans le Finistère. Une présence précoce cet été, qui inquiète les promeneurs. Les animaux en sont les premières victimes.

Martine croisée en balade avec son chien confie :"J'aime pas trop vis à vis de mes animaux, j'ai un chien, j'ai aussi une jument. On a toujours peur pour eux, c'est embêtant car les abeilles ce n'est pas agressif mais avec les guêpes, je me méfis davantage!"

5000 euros de perte sur la récolte de fraises à cause des guêpes et des frelons 

Les professionnels, comme ce maraîcher, à quelques kilomètres de là, à Plouvien , sont également touchés. Sur les parcelles de l'exploitant, les guêpes ont pris possession des cultures et sont elles-mêmes chassées par des armadas de frelons asiatiques qui les ont vite repérées. Une double peine pour cet agriculteur , qui se retrouve impuissant malgré des pièges de fortune installés sur zone. Les guêpes s'acharnent ainsi sur les fraises . IL nous montre un bocal en verre où les insectes ont été capturés

On capture un nombre incroyable de guêpes et de frelons asiatiques: Du coup, on a dû stopper la récolte des fraises . C'est devenu trop dangereux de les ramasser. On a déjà été piqué par des guêpes, ca fait mal, mais avec le frelon, c'est trop risqué. En 40 ans, je n'avais jamais pris une telle décision.

Dominique Fardeau, maraîcher

Si les récoltes de septembre se trouvent autant impactées, la perte pourrait se chiffrer à 5000 euros pour cet agriculteur! Cette prolifération interroge les spécialistes, chargés de la gestion des organismes nuisibles. Pour eux, les conditions climatiques en seraient la cause principale.

L'hiver très doux a permis une très faible mortalité sur ces espèces, guêpes et frelons . Du coup, on a un nombre important de fondatrices qui ont construit leurs nids dans la nature. Ensuite, le printemps chaud a permis d'apporter les ressources alimentaires nécessaires pour le développement de colonies en nombre important.

Maël Peden Animateur à la FDGDON du Finistère

Si le phénomène continue à s'amplifier au fil des ans, il nous faudra apprivoiser ce nouveau type de cohabitation.