Finistère. Son piège à frelons, primé au concours Lépine, se vend dans toute l’Europe

Denis Jaffré, apiculteur à la retraite, a inventé un piège à frelons asiatiques qui se vend dans toute l’Europe. Son entreprise, basée à Pencran dans le Finistère, compte déjà cinq salariés.

Les pièges faits-maison de la famille Jaffré se vendent comme des petits pains
Les pièges faits-maison de la famille Jaffré se vendent comme des petits pains © Florence Malésieux/France Télévisions

C’est un système conçu sur le principe de la nasse. Le piège à frelons asiatiques, inventé par Denis Jaffré, ressemble en fait à un casier de pêcheur avec deux cônes calibrés qui laissent entrer les frelons asiatiques mais pas les abeilles. L’insecte, appâté par le mélange de miel et de cire placé en dessous de la cage, reste ainsi piégé.

"C’est une solution écologique, on n’amène pas de chimie du coup on s’est dit qu’on allait équiper notre jardin" explique ce client croisé sur le marché de Landivisiau, dans le Finistère.

Un piège pour arrêter l’hécatombe

Yoann Jaffré, le fils de Denis, est aussi apiculteur. En 2016, il perd 87% de son cheptel à cause du frelon asiatique. Denis n'a de cesse de trouver une solution pour stopper l’hécatombe.

Après plusieurs essais de prototypes pas assez convaincants, Denis élabore ce modèle. "Depuis qu’on a trouvé ce piège, on n'a plus de perte d’abeilles à cause du frelon" explique Yoann. Les deux Finistériens lancent alors leur entreprise, Jabeprode, qui vend les bacs de capture complets ou des cônes en kit à installer soi-même sur sa propre boîte.

Yoann et Denis Jaffré se félicitent du rôle préventif de leur piège qui évite d'avoir à détruire des nids de frelons asiatiques
Yoann et Denis Jaffré se félicitent du rôle préventif de leur piège qui évite d'avoir à détruire des nids de frelons asiatiques © Florence Malésieux/France Télévisions


Premier prix au concours Lépine

Simple et efficace, l’invention a valu à Denis le 1er prix du prestigieux concours Lépine en 2018. Depuis, les ventes ne cessent d’augmenter et les pièges se vendent un peu partout, de la Bretagne à l’autre bout de l’Europe. Belgique, Espagne, Italie, ce sont près de 400 commandes de bacs de capture et 25.000 demandes de cônes qui arrivent chaque mois.

Pour répondre à la demande, l’entreprise vient d’embaucher trois salariés, ce qui porte l’effectif total à cinq personnes. Un nouvel atelier devrait voir le jour à Pencran où la famille est installée.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
apiculture agriculture économie frelons asiatiques animaux nature