Projet de loi immigration. Après avoir voté contre, le député Jean-Charles Larsonneur démissionne du groupe Horizons (majorité présidentielle)

En Bretagne, onze députés, dont quatre de la majorité présidentielle, ont voté contre le projet de loi sur l'immigration ce mardi 19 décembre 2023. Jean-Charles Larsonneur, député Horizons du Finistère, a décidé de quitter son groupe en réaction à la décision de l'Assemblée nationale qui a adopté le projet de loi grâce à 349 voix pour.

Ce mardi soir, les parlementaires étaient appelés à se prononcer, non pas sur le texte original du gouvernement, mais sur celui remanié en commission mixte paritaire. Ce texte était fortement inspiré de celui voté et adopté par le Sénat.

À LIRE AUSSI : Loi immigration. Comment a voté votre député en Bretagne ?

Jean-Charles Larsonneur est député de la deuxième circonscription du Finistère. Il est apparenté Horizons et membre de la majorité présidentielle. Au lendemain du vote, il explique, au micro de France Bleu, pourquoi il a voté contre ce texte. Il annonce même son retrait du groupe Horizons. C'est le premier député à quitter un groupe à l'Assemblée suite à l'adoption de ce texte du projet de loi.

"J'ai expliqué à Édouard Philippe, [à la tête du parti Horizons, NDLR] qu'il était sans doute mieux que nous nous séparions.

Ce texte a franchi des digues par rapport à nos valeurs républicaines.

Jean-Charles Larsonneur,

député Horizons

"Ce texte ne m'a pas plu. Le travail est la valeur cardinale quand on parle d'immigration. Là, le compte n'y est pas. J'estime que lorsqu'on a un travail et un titre de séjour, on a les mêmes prestations et les mêmes droits que les Français. Ce texte a franchi un certain nombre de digues par rapport à nos valeurs républicaines. Ses éléments étaient dans la plate-forme d'un parti d'extrême droite en 2022. J'ai été élu sur un large rassemblement contre ces idées."

A LIRE AUSSI : "Ce texte facilite la régularisation des travailleurs et sert mon territoire". Pourquoi ces députées ont voté pour

Un texte qui "valide à petits pas le principe de préférence nationale"

Dans un communiqué, le député finistérien ajoute "Ce texte nous conduit sur une pente dangereuse en refusant à des personnes étrangères qui travaillent et ont un titre de séjour un certain nombre de prestations sociales. Il valide à petits pas le principe de préférence nationale, instaurant des mesures discriminatoires contre les étrangers, proposées par les partis d'extrême-droite aux élections présidentielles. Je m'y oppose par principe, considérant que je n'ai pas reçu mandat de mes électeurs pour voter une telle rupture, qui me semble délétère pour la grandeur de la France et les valeurs de la République."

Sur France Bleu, Jean-Charles Larsonneur a expliqué qu'à la rentrée de janvier, il siègera à l'Assemblée nationale comme non-inscrit. "Je retrouve mon indépendance, sur la base de mes idées parce que ma colonne vertébrale à moi n'a pas varié, n'a pas changé depuis 2017" a-t-il précisé.