L'assistante familiale ligotait une enfant aux barreaux de son lit : elle sera jugée en novembre

Une assistante familiale du nord Finistère a été placée en garde à vue ce 13 mai 2024. Elle est soupçonnée de violences et maltraitance sur des enfants.

Une assistante familiale de Lannilis, dans le Finistère, est soupçonnée de maltraitance sur une enfant qu'elle accueillait chez elle sur décision de justice.

Cette femme de 43 ans a été placée en garde à vue ce 13 mai 2024, annonce le parquet de Brest, dans un communiqué.

Ligotée aux barreaux de son lit

Les faits auraient débuté en février dernier. L'assistante familiale "avait pour pratiques d'attacher l'enfant aux barreaux de son lit par les pieds et les bras, à l'aide de lacets, durant la nuit, indique le procureur de la République. Elle lui mettait notamment ses chaussures ainsi que deux polaires pour dormir".

Durant la journée, "elle retirait le matelas du lit", laissant la fillette à même le sommier "pour l'empêcher de dormir".

La fille de l'assistante familiale aurait confirmé "les actes de violences et de maltraitance" précise le magistrat, lequel relate que "la mise en cause prenait par le cou et secouait violemment la tête des enfants, les mettait seuls dehors pour qu'ils cessent de pleurer et leur jetait des verres d'eau au visage".

Cette femme de 43 ans, "sans antécédents judiciaires", a été entendue par le procureur de la République ce 15 mai. Elle sera jugée le 7 novembre prochain devant le tribunal correctionnel de Brest pour "violences volontaires sur mineure de moins de 15 ans". Dans l'attente de son procès, elle est placée sous contrôle judiciaire.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité