Milizac : le parc d'attraction la Récré des Trois Curés rouvre ses portes

C'est le principal parc d’attraction du Finistère, et le troisième site payant le plus fréquenté de Bretagne : la Récré des trois Curés rouvre ses portes ce samedi 6 juin. Stoppée net dans son élan par deux mois de confinement, elle est sur le pied de guerre pour relancer la machine.

Vertige garanti avec la nouvelle attraction "Vertika" de la Récré des Trois Curés
Vertige garanti avec la nouvelle attraction "Vertika" de la Récré des Trois Curés © Claire Louet/France Télévisions

 

A quelques heures de l’ouverture, il reste encore quelques finitions à apporter au décor, mais Vertika, elle, est fin prête. La toute dernière nouveauté du parc va ravir les amateurs de vertige et de retournement avec ses pointes à 80 km/h. L’aventure commence par un lente montée à 27 mètres de haut et ensuite :

 "C’est la chute libre, et même encore plus que la chute libre puisque la nacelle vient repiquer donc on a presque une sensation d’éjection du siège, c’est à ce moment-là qu’on se cramponne très très fort aux poignées" raconte Kevin Bonnefoy, co-gérant de ce parc familial fondé en 1989 par son père et son oncle.

 

La nouvelle attraction, qui a coûté la bagatelle de 4 millions d’euros, sera sans doute un argument de poids pour faire revenir le public sur le site de Milizac.

 

S'adapter aux règles sanitaires

« On est à 220 000 visiteurs par an depuis plusieurs années, c’est un beau chiffre déjà, mais qu’on espère encore faire évoluer grâce à cet équipement, » confie Emmanuel Bonnefoy, l'autre gérant du parc.

La Récré des Trois Curés se distingue de la plupart des autres parcs de loisirs en restant habituellement ouverte toute l’année, avec l’appui de 20 salariés permanents. Pour la première fois, elle a dû se résoudre à des horaires réduits de 11h à 18h30, uniquement les week-ends, puis tous les jours de 11h à 19h du 4 juillet au 31 août.

 

Les saisonniers ont été formés non seulement au fonctionnement des attractions mais aussi à toutes les nouveautés liées au contexte de crise sanitaire, notamment faire respecter la distanciation, matérialisée par des marquages au sol sur tout le site. Pour les attractions où il y a promiscuité, le port du masque sera obligatoire.

« J’appréhendais la manière dont ça allait se dérouler, les masques, les clients…ça nous rassure un peu la manière dont ça va se dérouler » témoigne Lysa, saisonnière affectée à la grande roue.

Rattraper le manque à gagner

La saison estivale représente généralement la moitié de l’activité annuelle du parc. Cette année, elle sera plus cruciale encore, pour tenter de rattraper le manque à gagner du mois de mai : avec les ponts et la météo exceptionnelle, le fondateur de la Récré, Francis Bonnefoy, estime que le chiffre d’affaire aurait pu se monter facilement à un million d’euros.

Cette année, la famille Bonnefoy a investi sept millions d’euros pour agrandir et moderniser le site, et elle s’attendait à autre chose pour fêter le trentième anniversaire du parc. Mais cette tribu d’anciens agriculteurs a le cœur bien accroché, ce qui est bien le moins quand on est à la pointe des sensations fortes. Une période de vaches maigres s’annonce : même pas peur !

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs déconfinement société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter