VIDÉO - Municipales 2020 : Carhaix, ce qu'il faut retenir du débat

© A. Grall - France Télévisions
© A. Grall - France Télévisions

Les Vieilles Charrues, le futur Palais des sports, la difficulté à garder des jeunes sur la commune et la santé sont les quatre grands thèmes abordés ce mercredi 4 mars lors du débat auquel ont participé les candidats à la mairie de Carhaix : Christian Troadec, Jérôme Yvinec, Laure Boussard.

Par L.H

Le débat entre les trois candidats pour la mairie de Carhaix a été marqué d'entrée par les interventions de l'élu sortant Christian Troadec, qui n'a pas hésité à titiller ses adversaires du soir dès les premières minutes de la soirée.

Une liste incohérente

"Laure Boussard a constitué une liste en disant qu’elle était en dehors des partis mais en réalité c’est surtout une liste incohérente où on retrouve à la fois des gens qui sont soi-disant pour la langue bretonne et en même-temps côtoient des militants de Mélenchon, des gens qui se disent écologistes et se retrouvent avec les pro-nucléaire du PCF" a lancé l'édile de Carhaix.

Réponse de la candidate de la liste "Une dynamique de gauche pour Carhaix" (liste de rassemblement de la gauche) : "Je pensais que nous allions avoir un débat de fond. Je n’ai pas envie de faire de surenchère. Je n’ai pas envie de répondre à Christian. On se connaît bien. Je lui ai donné des cours de breton. Il n’y a pas de Mélenchonie sur notre liste. Il y a des gens de toutes les tendances de gauche. Je pense que la démocratie existe aussi à Carhaix. Je pense que nous avons tous des choses à apporter, nouvelles et innovantes, qui peuvent peut-être faire peur à Christian".

Dans la foulée, Christian Troadec a également lancé des pics à Jérôme Yvinec, candidat de la liste "Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer" (Divers centre) : "Jérôme Yvinec tardait à annoncer sa liste depuis plusieurs semaines, plusieurs mois. Il se retrouve avec des départs. Cinq départs en l’espace d’une semaine. Ce serait dangereux de laisser la mairie demain entre les mains de gens qui ont déjà du mal à constituer leur propre liste. En raison de la transparence et de l’éthique, c’est important que vous disiez pourquoi ces personnes ont quitté votre liste ». Ambiance... 

Jérôme Yvinec a simplement rétorqué que ces derniers ont quitté la liste "pour raisons personnelles" sans rentrer plus dans les détails. 

Après ces échanges épicés, les trois candidats ont débattu sur quatre grandes thématiques de la commune de Carhaix
La campagne des municipales à Carhaix vue par Loïc Schvartz / © L. Schvartz
La campagne des municipales à Carhaix vue par Loïc Schvartz / © L. Schvartz


Les Vieilles Charrues toujours à Carhaix ?

Le festival des Vieilles Charrues, fort de ses 270 000 entrées et 18 millions d'euros de retombées économiques, s'est invité dans le débat, en raison d'un désaccord qui perdure depuis plusieurs mois entre la municipalité en place et la direction de l'événement musical. 

Dans ce dossier, le maire actuel Christian Troadec a indiqué que "les conditions des Vieilles Charrues, qui étaient des exigences à un moment, étaient d'abord des terrains sécurisés, c’est-à-dire que ce ne soit pas remis en cause dans les années à venir. Nous mettons à disposition 100 hectares sur le site de Kerampuilh. Il n’y a aucun souci là-dessus. La deuxième chose est la construction à terme de bâtiments en dur pour les Vieilles Charrues sur ce même site. Il y a un PLU qui a commencé à être travaillé en 2013. Il est exécutoire depuis décembre 2019. Des engagements écrits vont être rapidement transmis à l’association. Toutes les conditions sont réunies. Les Vieilles Charrues ont annoncé elles-mêmes qu’elles étaient viscéralement attachées à Carhaix et que le festival se tiendrait à Carhaix". 

Face à la renommée du festival et son importance sur le territoire de Carhaix, Laure Boussard s'est clairement positionnée en disant que "l’idée de pérenniser le festival nous semble une évidence. Nous comprenons les inquiétudes des organisateurs. On est en lien très fort avec ce festival. On a proposé à la direction, qui visiblement a bien réagi, l’idée de réanimer le centre-ville des Charrues. Que le festival puisse profiter à tout le monde, même aux Carhaisiens. Il y a quelques années, il y avait des animations qui étaient financées en partie par le festival. Et qui permettaient d’animer tous les quartiers de Carhaix. Donc bien-sûr on accédera à leurs demandes, on dialoguera avec eux bien évidemment". 

Également interrogé sur la pérennisation des Vieilles Charrues, Jérôme Yvinec s'est étonné qu'aucun accord n'ait été rapidement trouvé entre le maire actuel de Carhaix et les organisateurs. "En l’espace de deux réunions nous avons réussi à régler un problème vieux de trois ans. Je ne comprends pas aujourd’hui la position de M. Troadec. Nous avons posé la discussion autour de trois choses simples : un terrain propriété de la ville de Carhaix, les Vieilles Charrues en tant que porteur des investissements et les investissements utilisables par les associations carhaisiennes". Christian Troadec a répondu en indiquant que "pour faire un PLU, il faut six ans. Pour qu'il soit exécutoire, il faut qu'il soit mené à son terme après enquête publique. Donc il y a eu tout ce travail là et le PLU n'est exécutoire que depuis trois mois". 


Le futur palais des sports et des congrès

Sur la question de l'utilité du futur Palais des sports et des congrès de Carhaix, les candidats n'ont pas exprimé les mêmes sentiments. Le candidat Jérôme Yvinec (liste "Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer") s'interroge sur plusieurs points. "La difficulté financière d'un tel investissement pose question. Qui va financer et comment ? Alors qu'aujourd'hui, visiblement, la région se désengage du dossier. Et quels sont les coûts de fonctionnement de ce type de structure". 

Favorable à ce projet de Palais des sports et de congrès, le maire sortant Christian Troadec assure que l'infrastructure sera "construite pour faire en sorte que le festival des Vieilles Charrues puisse aussi en bénéficier, pour notamment accueillir les VIP et les acteurs économiques". Questionné sur l'impact des travaux sur le festival lors de l'édition 2021, le candidat a affirmé qu'une "solution technique sera trouvée pour accueillir tout le monde".

"Ce n'est pas un engagement" a répondu Jérôme Yvinec. 

De son côté, Laure Boussard estime que ce projet de Palais des sports "est totalement démesuré par rapport à la ville de Carhaix et très peu concernant pour les Carhaisiens par rapport au besoin d’équipement sportif pour la pratique amateur de Carhaix. Il y a déjà des équipements sportifs, nous voulons les rénover et voir même construite un gymnase ou une salle omnisport".


La difficulté de garder des jeunes à Carhaix

Autre sujet à débat : la difficulté de garder les jeunes à Carhaix. Alors que 58,4% des habitants de la commune ont plus de 45 ans. Pour Laure Boussard, "le pouvoir du maire est de faire des partenariats avec des universités ou avec des centres de formation, d’être force de proposition pour développer dans les lycées des formations liées aux énergies renouvelables, au développement durable. Et pouvoir aussi attirer les entreprises de ces secteurs-là en créant des pôles économiques".

Jérôme Yvinec se dit quant à lui "convaincu qu'on peut rayonner depuis Carhaix. Et vivre la mondialisation depuis Carhaix. On peut par exemple utiliser la fibre optique pour regarder la télévision mais aussi pour des aspects plus économiques". 

Christian Troadec assure que "pour vivre sur un territoire, la première chose c'est d'avoir du travail. Les jeunes sont obligés de partir pour les études. On tend la main au département et à la région pour que demain il y ait un IUT, des centres de formation spécifiques liés aux industries locales. Pour qu’ils deviennent de futurs stagiaires qui pourront ensuite travailler dans les usines de la région".


Quels projets pour la santé ?

Carhaix s’est fait entendre aussi pour sa lutte contre la désertification médicale, notamment pour la défense de sa maternité. La santé est au coeur des enjeux pour le futur maire de Carhaix. 

Christian Troadec défend sa "maison de santé pluridisciplinaire pour à la fois faire venir de nouveaux médecins généralistes. On vient d’en faire venir trois en l’espace de six mois. Puis aussi faire venir des spécialistes. Des dermatologues, des ophtalmo, des dentistes parce qu’il y a une volonté avec le centre ouest Bretagne de permettre d’avoir des internes en 6e année de dentiste pour venir travailler à Carhaix auprès de la population locale".

"Nous voulons un IRM fixe pour résorber la liste d’attente ainsi que des fauteuils dentaires. C’est en collaboration avec le CHU de Brest, détaille Laure Boussard, candidate de la liste "Une dynamique de gauche pour Carhaix". Autre chose, à l’hôpital de Carhaix, il y a en moyenne quatre internes en permanence alors que dans les autres hôpitaux de cette même taille, il y en a 15. Le fait de faire venir des internes ou des médecins généralistes libéraux en ville qui prennent des stagiaires, ça permet de montrer aux gens ce qu’est Carhaix. Et leur donner envie d’y rester.

"La santé est le thème phare de notre campagne" affirme Jérôme Yvinec, candidat de la liste "Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer", qui reproche à la municipalité actuelle "un manque d'anticipation. Cela fait plus de 10 ans que nous savons que nos médecins libéraux allaient partir en retraite. Nous avons énormément de propositions à faire dont une mutuelle municipale. C’est un peu comme une entreprise dont l’objectif est de négocier pour l’ensemble des Carhaisiennes et des Carhaisiens une mutuelle avec des tarifs plus avantageux et leur permettre d'avoir une meilleure couverture".


Les candidats

Christian Troadec, 53 ans,  avec sa liste Carhaix, ville dynamique et solidaire, DIVG, est le maire sortant, il brigue un 4ème mandat.

Face à lui, une liste de rassemblement de la gauche s’est constituée « Dynamique de gauche » menée par Laure Boussard, 50 ans, qui avait déjà été candidate aux élections régionales sur la liste des Verts et de l’UDB. Autour d’elle, des socialistes, des membres d’EELV et du PCF. Une union un peu moins ambitieuse qu’escomptée puisque le NPA a finalement jeté l’éponge.

C’est Jérôme Yvinec, 36 ans, qui va mener la liste dans étiquette, baptisée Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer. Cet ancien LR avait convaincu deux candidats encartés à LREM de le suivre dont l’élu d’opposition Cédric Guyader qui a finalement renoncé.
 
 

Paroles de citoyens : au coeur des débats

Les téléspectateurs auront ainsi l'occasion de voir ou revoir les électeurs bretons d'exprimer devant la caméra sur leur vie quotidienne, leur ville, leurs attentes.
 


Les autres débats, en région


Sur tous nos territoires, nos équipes se mobilisent plus encore à l’approche des deux tours du scrutin municipal. A la télévision, pour vous donner les clés des principaux enjeux, et parce que nous sommes un miroir de votre proximité, près de 300 débats sont diffusés sur vos antennes régionales, en première partie de soirée.

Pour vous connecter sur ces débats qui vous concernent, qui vous intéressent : un seul clic.
 

Les listes aux municipales de Carhaix

- Christian Troadec, liste "Carhaix ville dynamique et solidaire"(Divers gauche)
- Laure Boussard, liste "Une dynamique de gauche pour Carhaix" (Divers droite)
- Jérôme Yvinec, "Un temps d’avance pour Carhaix-Plouguer" (Divers centre)

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus