SCIENCES. Les microfibres menacent la santé des huîtres

Les microfibres, générées par l'industrie du vêtement, perturbent le métabolisme des huîtres, même à faible dose. Et ce d'autant plus fortement si ces fibres sont d'origine naturelle. Explications.

Les microfibres, générées par l'industrie du vêtement, perturbent le métabolisme des huîtres même à faible dose, et ce d'autant plus fortement si ces fibres sont d'origine naturelle, selon une étude menée par des scientifiques de l'Ifremer, de l'Université de Bretagne Occidentale, du CNRS et de l'Université du Mans.
"Ce qui nous a surpris, ce sont les effets délétères qu'ont les fibres naturelles sur la digestion et l'immunité de l'huître, explique Camille Détrée, maître de conférence en biologie marine à l'Université de Caen-Normandie. La rugosité de la surface des fibres naturelles est plus importante et provoque vraisemblablement une inflammation plus forte des parois digestives au cours du transit".

LIRE : Des chercheurs de l'Ifremer démontrent l'impact des nanoplastiques sur la reproduction des huîtres creuses

2 millions de microfibres rejetées dans les océans chaque année

L'industrie textile utilise, en outre, jusqu'à 8.000 composants chimiques différents pour améliorer les propriétés des vêtements, la teinture ou le traitement aux pesticides, questionnant la non-dangerosité supposée des fibres naturelles, selon les auteurs. 
Chaque année, environ 2 millions de tonnes de microfibres, principalement d'origine naturelle, sont rejetées dans les océans, en grande partie par le biais des lave-linges domestiques. Elles sont ensuite ingérés par les organismes marins, rappelle cette étude.

Les chercheurs ont exposé des huîtres creuses à des microfibres textiles naturelles (laine, coton biologique ou non) et synthétiques (acrylique, nylon et polyester) et à leurs additifs chimiques pendant 96 heures. Ils ont ensuite étudié la capacité des huîtres à ingérer ces microfibres et comparé les effets sur leur santé.

Une faible dose suffit

Une première expérience a été réalisée avec une concentration de 10 microfibres par litre, considérée comme le taux moyen dans les océans, puis avec une concentration de 10.000 microfibres par litre.
"Nous n'avons pas observé plus d'effets sur les huîtres exposées à de fortes ou de faibles concentrations en microfibres. Cela suggère qu'une faible dose environnementale est suffisante pour déclencher des effets sur leur santé", précisent les chercheurs. 

Selon Arnaud Huvet, biologiste marin à l'Ifremer et coauteur de l'étude, les résultats montrent que les microfibres d'origine naturelle "ne semblent pas moins impactantes que les synthétiques sur la santé des huîtres, explique-t-il. Il est néanmoins important de tenir compte de leur durée de persistance dans l'environnement marin : de quelques semaines ou mois pour les fibres 100% naturelles, contre des dizaines voire centaines d'années pour les matériaux synthétiques".

Plutôt que de promouvoir des fibres naturelles, les auteurs plaident pour l'adoption d'une mode lente ("slow fashion") étendant la durée de vie des vêtements. 

(Avec AFP)

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité