REPLAY. Pourquoi Jane Birkin a craqué pour le peintre et sculpteur breton Ronan-Jim Sévellec

Publié le Mis à jour le
Écrit par Michelle Ruan .
Extrait du documentaire de Jane Birkin pour le Grand BaZH.art ©Jane Bikin pour le Grand BaZH.art

C'est à Douarnenez qu'ils se rencontrent pour la première fois. Ronan-Jim Sévellec ouvre ses portes à Jane Birkin pour lui faire dévoiler ses "boîtes" miniatures. Des trésors de décors minutieusement exposés. Un coup de cœur à suivre dans le Grand BaZH.art.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Quand elle découvre lors d'une exposition à Paris, des petites boites miniatures aux décors minutieux, Lou Doyon, la fille de Jane Birkin, en parle aussitôt à sa mère. Cette dernière ne tarde pas à rencontrer le créateur de ces œuvres, qui vit comme elle, en Bretagne. 

Je suis fascinée par les choses un peu bizarres.

Jane Birkin

Documentaire pour le Grand BaZH.art

C'est dans sa maison à Douarnenez, que l'artiste reçoit la chanteuse. Ebahie par l'univers qu'elle découvre, Jane Birkin est séduite : "C'est un conteur, un génie, un poète ! "Et comme tout bon magicien, il ne révèle pas ses 'trucs' ". Et d'ajouter "Je suis fascinée par les choses un peu bizarres".

Peintre, illustrateur, modeleur, Ronan-Jim Sévellec se consacre depuis quelques années à la sculpture et met en boîtes des petits intérieurs intimistes inspirés du 19ème siècle. Comme pour des décors de théâtre, les mises-en-scène sont travaillées avec minutie. Son sens de la précision et du détail jouent parfois les contrastes : un salon au sol et murs jonchés de bouquins, avec l'aspirateur dans l'escalier, les tâches de moisissures aux murs, le papier peint défraichi, ou encore le laboratoire de plantes, dans lequel des dizaines de flacons miniatures n'attendent qu'à être sélectionnés par un laborantin imaginaire... 

Des œuvres teintées de nostalgie

Pour Jane, ces petites boîtes sont un peu "comme les châteaux en Ecosse : une poésie et une tristesse en même temps". 

En compagnie de ses chats et de ses oiseaux, Ronan-Jim se confie à Jane avec beaucoup de délicatesse  : "J'aime bien les choses qui ne servent à rien avec l'idée qu'elles peuvent servir un jour quand même". "L'ambiance s'impose à moi dit-il, car on ne peut disposer que de nos propres souvenirs."


Ce qui est exaltant pour lui, c'est de laisser s'organiser librement les pièces qu'il a minutieusement réalisées. Ce qu'il aime exprimer c'est la poésie du banal et du quotidien. Et ses intérieurs miniatures en témoignent.

Pour l'artiste, une boîte c'est un abri qui protège un rêve, une vision, Pour Jane, ces boites représentent des fragments de ce qui reste quand les gens ont quitté leur maison. 

Les souvenirs comme base de leur inspiration

Jane n'entasse pas ses souvenirs dans des boîtes comme Ronan Jim Sévellec, au contraire elle les accumule dans sa maison des Abers, où elle vit depuis 30 ans. Pour elle, "sa propre maison est un tel bordel à souvenirs qu'il est insurmontable de jeter quelques choses". 

Ronan-Jim Sévellec façonne les souvenirs et Jane Birkin les accumule. En commun, ils partagent la passion du temps qui passe.

C'est une belle rencontre entre deux personnages sensibles, poétiques et mystérieux racontée par Jane Birkin elle-même que vous propose de découvrir le Grand BaZH.art sur France 3 Bretagne. L'occasion d'un entretien exceptionnel avec la plus anglaise des Bretonnes qui raconte son parcours incroyable, son enfance, ses influences, sa sensibilité artistique.

Une émission à retrouver ci-dessous et sur francetv.fr .

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité