• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une Bretonne est décédée dans le crash d'Ethiopian Airlines

Sarah est décédée dans le crash d'Ethiopian Airlines le 10 mars 2019 / © AECO
Sarah est décédée dans le crash d'Ethiopian Airlines le 10 mars 2019 / © AECO

Un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi s'est écrasé dimanche. Les 157 personnes qui se trouvaient à bord ont péri dans l'accident. L'une d'entre elle était originaire de Querrien (29). 

Par Sylvaine Salliou

Sarah Auffret était revenue à Querrien (29) fin décembre pour donner une conférence sur les problèmes causés par le plastique sur les plages d'Arctique. Cette jeune femme de 36 ans travaillait pour  l'Association des opérateurs de croisières dans les expéditions dans l'Arctique (AECO) depuis plusieurs mois.
Elle est décédée dans le crash d'un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines.
 



Querriennoise d'origine, elle avait d'abord été professeure d'anglais pendant quatre ans au Japon, puis guide touristique en Norvège pendant trois ans. Elle avait ensuite travaillé, pendant deux ans, dans une ancienne base scientifique de l'Antarctique et depuis un an, elle vivait en Arctique où elle était coordinatrice du projet Clean Seas (« Mers propres ») de l'Association des opérateurs de croisières dans les expéditions dans l'Arctique (AECO), qui, en partenariat avec l'ONU, s'emploie à lutter contre la pollution de la mer par le plastique. 

Elle devait participer à l’assemblée des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi du 11 au 15 mars. 

L'association a annoncé son décès hier soir. Un décès confirmé ce lundi par le maire de Querrien, où résident toujours les parents de la jeune femme. 
 

Quelque 35 nationalités étaient représentées parmi les passagers et l'équipage à bord du vol ET 302, qui s'est écrasé à environ 60 km au sud-est d'Addis Abeba,
près de Bishoftu.

Dix-neuf employés de l'ONU ont péri dans le crash, a annoncé le porte-parole du directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), Antonio Vitorino. 

 

Sur le même sujet

Rapport violence prison de Vezin juin 2019

Les + Lus