En campagne dans le Finistère, Richard Ferrand exclut toute démission

Publié le Mis à jour le
Écrit par avec l'AFP

En déplacement à Huelgoat dans le Finistère, le ministre de la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand a exclu toute démission, au lendemain de révélations du Canard enchaîné épinglant la location de locaux appartenant à sa compagne par les Mutuelles de Bretagne qu'il dirigeait alors.

"Pas une seconde", Richard Ferrand n'a pensé à démissionner. "On démissionne quand on est coupable de quelque chose. Je ne suis coupable de rien ni sur le plan légal, ni sur le plan moral", a affirmé le ministre à Huelgoat, dans le Finistère, où il visite une exposition à l'Ecole des Filles.
Interrogé sur son avenir après les législatives, le ministre a répondu: "J'espère bien que Dieu me prêtera vie longtemps", avant d'ajouter: "Les Françaises et les Français veulent que le président ait une majorité pour gouverner et je suis un maillon de cette majorité".

Accusé d'avoir favorisé sa compagne lors d'une opération immobilière


Selon Le Canard enchaîné, les faits remontent à 2011: à Brest, les Mutuelles de Bretagne, qui souhaitaient louer des locaux commerciaux pour ouvrir un centre de soins, avaient choisi parmi trois propositions celle d'une société immobilière appartenant à la compagne de Richard Ferrand.
Dans une interview au quotidien Le Télégramme parue jeudi, Richard Ferrand assure que sa "compagne s'était déjà engagée dans l'acquisition de ces locaux avant la décision des Mutuelles" "A l'unanimité, précise-t-il au journal breton, le conseil d'administration, qui est l'instance de décision (et dont je ne fais pas partie !), a choisi pour le prix et pour leur emplacement les locaux possédés par ma compagne. D'ailleurs, le bail a été reconduit en 2014, preuve que ces locaux conviennent... étant précisé que j'ai quitté la direction des Mutuelles en 2012."

L'interview de Richard Ferrand recueillie à Lopérec (29) par Chloé Tempéreau et Julien Le Bot

durée de la vidéo: 01 min 51
ITW Richard Ferrand à Lopérec (29)

"J'ai ma conscience pour moi"


"Ça durcit le cuir, mais je m'en serais bien passé", admet Richard Ferrand. "Je suis sans doute devenu une cible du fait de mon engagement très exposé et de ma récente nomination. Mais j'ai ma conscience pour moi et le caractère résistant des Bretons ! Je suis aussi républicain : le respect de la loi prime sur tout." Secrétaire général de La République en Marche!, Richard Ferrand fut l'un des premiers en provenance du PS à rejoindre le mouvement fondé par Emmanuel Macron.

L'interview de Richard Ferrand recueillie à Lopérec (29) par Chloé Tempéreau et Julien Le Bot

(avec le maire de Lopérec Jean-Yves Crenn)

durée de la vidéo: 01 min 28
ITW 2 Richard Ferrand à Lopérec (29)



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité