Coronavirus : nouveau vol militaire pour transférer des malades de Mulhouse vers Brest et Quimper

L’A330 Phénix équipé du kit « Morphée » a atterri à Brest. Les 6 patients ont été transférés vers les CHU de Brest et de Quimper. / © Dicod / Etat major des Armées
L’A330 Phénix équipé du kit « Morphée » a atterri à Brest. Les 6 patients ont été transférés vers les CHU de Brest et de Quimper. / © Dicod / Etat major des Armées

Une nouvelle évacuation sanitaire aéroportée a été organisée mardi par les armées pour transférer six patients atteints du coronavirus hospitalisés à Mulhouse (Haut-Rhin), cette fois vers le Finistère (Brest et Quimper), a annoncé mardi la ministre des Armées Florence Parly.

Par H.P. (avec AFP)

A 10 h 30 ce mardi, un avion militaire a décollé de Mulhouse avec à son bord des patients infectés par le Covid-19 et nécessitant une hospitalisation. L'appareil était attendu en fin de matinée à Quimper et Brest où les malades seront pris en charge dans les hôpitaux finistériens.

"Un A330 Phénix est à nouveau mobilisé. Il vient de décoller avec pour objectif de soulager l'hôpital de Mulhouse en évacuant des patients vers les hôpitaux de Brest et Quimper. Merci aux soignants, au service de santé des armées et à l'armée de l'air pour leur engagement", a tweeté la ministre des armées, Florence Parly.

C'est la troisième fois en une semaine que les armées déploient le dispositif d'évacuation médicale aéroportée baptisée Morphée au profit de patients atteints du coronavirus, pour désengorger l'hôpital de Mulhouse, dont les services de réanimation sont saturés. Mercredi et samedi, douze patients hospitalisés en Alsace avaient déjà été transférés par vol militaire vers des régions moins saturées.

Six patients sont donc arrivés dans le Finistère en milieu de journée, confirment le service de santé des Armées et l'Etat major des Armées via Twitter.
 
 
Selon nos informations, le Phenix devrait effectuer quatre rotations avec la Bretagne, ce mardi.

 

 

Véritable hôpital volant

    

Véritable hôpital volant, avec du matériel médical directement intégré dans la soute d'un avion ravitailleur de l'armée de l'Air, ce dispositif a pour vocation première de rapatrier des militaires français grièvement blessés en opérations extérieures. Avec la crise du coronavirus, c'est la première fois qu'il est utilisé sur le territoire national. Sous sa configuration « Morphée » (Module de Réanimation pour Patient à Haute Élongation d’Évacuation), il a transporté six patients du Haut-Rhin vers l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, samedi
 

La Bretagne relativement épargnée


Pour l'heure, avec 490 patients testés positifs et 31 personnes en réanimation, la Bretagne reste relativement épargnée par rapport à d'autres régions de France.

Au CHRU de Brest, la capacité d'accueil en réanimation a été portée à 126 lits. 107 (et jusqu'à 187 lits) sont réservés aux patients « coronavirus » nécessitant une hospitalisation sans avoir besoin de réanimation. Un poste médical avancé sous tente vient également d'être aménagé.
 

En parallèle, ce mardi, un hôpital de campagne militaire monté ces derniers jours à Mulhouse doit prendre en charge de premiers malades graves du coronavirus pour soulager l'hôpital voisin. Cet "élément militaire de réanimation" (EMR) du service de santé des armées dispose de trente lits.

Par ailleurs, dans le Sud de la France, douze malades ont été transportés dimanche par la Marine nationale d'Ajaccio vers Marseille. 

Pour en savoir plus sur l'A330 Phenix, cet avion ravitailleur qui transporte les malades du Covid-19, voici un reportage signé du Ministère des Armées.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus