Le coup de gueule de l'US Concarneau contre le tractage du FN à la sortie d'un match

Jacques Piriou, président de l'US Concarneau - 05/11/2015 / © Maxppp - Photo PQR Le Télégramme - N. Créach
Jacques Piriou, président de l'US Concarneau - 05/11/2015 / © Maxppp - Photo PQR Le Télégramme - N. Créach

Samedi, à la sortie du stade de Concarneau après le match de National opposant les Thoniers à Boulogne, des militants du Front National ont distribué des tracts dans le cadre de la campagne présidentielle. Un mélange des genres inacceptable pour le président du club.

Par Thierry Peigné

Jacques Piriou, le président de l'Union Sportive Concarnoise ne décolère pas de l'attitude des militants du Front National venus tracter samedi soir.

Je ne laisserai pas qui que ce soit s'approprier notre nom pour n'importe quelle propagande politique, explique-t-il


Pas de mélange des genres

Dès dimanche, le président du club faisait connaître via Twitter son mécontentement.

"Je tiens à préciser que ce n'est pas un coup de gueule contre le Front National mais un coup de gueule contre la politique qui vient se mêler au sport". Et de préciser que sa réaction aurait été la même si les militants avaient été d'un autre parti politique.

Sur les faits, le président des Thoniers précise que des personnes avec des tracts étaient entrées dans l'enceinte du stade sans pour autant en distribuer. Ces militants du FN avaient été mis dehors par des membres du club qui leur avaient expliqué que ce n'étaient pas le lieu pour faire de la politique.

La distribution des tracts avaient été effectuée à la fin du match juste devant l'entrée du stade Guy Piriou. Une distribution qui avait reçu un écho favorable, selon Mikaël Caréo, le secrétaire départemental adjoint du FN, comme il a tenu à le faire savoir via Twitter.

Mikaël Caréo, également responsable du parti frontiste dans la 8ième circonscription finistèrienne, a répondu au coup de gueule de Jacques Piriou, en justifiant la légalité de leur action et en rappelant que "L'espace public n'est pas votre propriété...‬"

 

Des suites ?

Suite à ce tractage, le club a fait savoir par un communiqué officiel qu'il n'excluait pas de donner des suites à cette affaire. 

"Je ne veux pas que cela se reproduise" insiste Jacques Piriou. "Nous avons posé la question à nos conseils, sur les mesures à prendre et sur l'éventualité d'une plainte" ajoute-t-il.




Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

80km/h sur le réseau secondaire ?

Près de chez vous

Les + Lus