La course Finistère Atlantique s'élance de Concarneau vendredi. "On a tous en tête la Route du Rhum"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Pédech

Les Ultim, ces maxi-trimarans volants de 32 m, filent dès vendredi pour un parcours triangulaire de 6.500 km, au départ de Concarneau via les Canaries et les Açores lors de la Finistère Atlantique, première course de la saison, en préparation de la Route du Rhum.

Une semaine après une audience devant la justice à propos d'un conflit avec le skipper François Gabart et son sponsor (SVR Lazartigue), la classe Ultim reprend la mer. Sans François Gabart, qui n'a pas obtenu de certificat de jauge pour faire partie de la classe Ultim en raison d'un litige sur la conformité de son bateau, le dernier-né de ces engins volants. Mais avec quatre Ultim, barrés par Yves Le Blevec (Actual Ultim 3), Armel Le Cléac'h (Banque Populaire), Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) et Thomas Coville (Sodebo Ultim 3).

Opération caritative

Les quatre skippers se sont retrouvés jeudi aux Glénans, unis dans une opération caritative avec Action Enfance à la veille du départ de la course.

La Finistère Atlantique, dont ce sera la première édition, se joue en équipages pour un périple de 3500 milles et s'annonce rapide.

On sera quasi volant ou semi volant

Thomas Coville, skipper Sodebo Ultim 3

AFP

"C'est notre terrain de jeu, c'est à l'échelle de nos bateaux, de l'Atlantique nord jusqu'aux Canaries, voire le Cap Vert. On a un peu de réussite sur ce coup-là, parce qu'on va avoir du vent, j'avais peur qu'on ait des jours dans la pétole mais là, l'anticyclone est décalé dans le nord et l'ouest, on sera quasi volant ou semi volant tout le temps donc c'est super chouette dans la volonté de se confronter", se réjouit Coville auprès de l'AFP.

Le marin a à coeur de tester sa nouvelle paire de foils (appendices latéraux qui surélèvent le bateau pour le faire voler), deux ans après la mise à l'eau de son multicoque.

Une flotte d'élite

Face à lui, le bateau le plus éprouvé de cette flotte élitiste, le Maxi Edmond de Rothschild (mis à l'eau à l'été 2017), vient lui aussi chercher de la confrontation et de l'expérience à quatre mois de la Route du Rhum, transatlantique quadriennale en solitaire à destination de la Guadeloupe, dont le départ sera donné
le 6 novembre à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine).

"On a tous dans la tête la Route du Rhum. L'objectif est d'engranger encore des milles et de recaler ses repères en début de saison. Quand on va se retrouver seul à bord, c'est du stress, il faut s'habituer. Une Route du Rhum c'est toujours violent, il faut être dans le match tout de suite donc il faut engranger des milles et de l'expérience pour se sentir bien en solitaire", défend Caudrelier qui espère une course "au contact".

"On a tous en tête la Route du Rhum"

Le Cléac'h vient lui aussi pour un état des lieux face à ses "concurrents directs pour la Route du Rhum" lors de la seule course avant la transatlantique en solitaire, même si deux stages entre Ultim auront lieu en septembre au pôle de course au large à Port-la-Forêt (Finistère).

Le départ de la Finistère Atlantique sera donné vendredi à 13h00 au large de Concarneau, port d'attache de Gabart. La « Finistère Atlantique – Challenge ACTION ENFANCE » contournera l’archipel de Madère par tribord, laissera l’île de Lanzarote à tribord (Canaries) pour remonter entre les îles de Faial et Pico (Açores) avant le retour à Concarneau prévue au plus tard le 8 juillet.

Reportage sur l'Ultim Gitana à l'occasion de son convoyage vers la ligne de départ.

Le convoyage de l'Ultim Gitana vers la ligne de départ de la Finistère Atlantique ©G.Bron / C.Polet