Covid-19 : les producteurs de cidre trinquent encore une fois !

Les années de galère se suivent et se ressemblent. Quand les bars, les restaurants et les crêperies sont fermés, le cidre ne coule plus à flot ! Après une chute des ventes de 15% sur l'année  2020, en ce printemps 2021, la consommation a déjà chuté de 30%.  

© DR Pascal Glais

"En ce moment, on devrait étiqueter, livrer, on devrait courir dans tous les sens pour livrer tout le monde, et là... c’est calme." 

Dans la bouche de Maugane, on devine un soupir. Elle et Hervé sont tout seuls dans la cidrerie. Comme l’an passé, ils ont dû mettre leurs six salariés au chômage partiel. Et comme l’an passé, au manoir du Kinkiz, comme chez les 500 cidriers français, la situation se complique de jour en jour.


Les crêperies, les bars et les restaurants représentent en moyenne 30 % des ventes de cidre en France.  Pour les Seznec, c'est même 70% des transactions.

Mais depuis des mois, à cause des différents confinements, tous les établissements sont fermés. Et comme les festivals, les fêtes, les mariages, toutes les occasions d’ouvrir une bouteille se sont évaporées, les cuves des producteurs sont pleines.

Reportage C. Tempéreau/C. Aubaile/FTV

 

Va-t-on devoir jeter du cidre ?  

En France, l’interprofession estime que ce sont quelques 150 000 hectolitres de cidre qui n’ont pas été bus depuis le mois de mars 2020. Et contrairement au vin, le cidre ne se garde pas. Les Seznec ont eu de la chance, les invendus de l’année dernière sont partis à la distillation, mais ici ou là, on envisage de jeter le cidre ou de le verser dans des méthaniseurs.

L’an passé, la filière avait bénéficié d’un plan d’aide du Gouvernement doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros. Mais la Covid-19 est toujours là, et les producteurs appellent à nouveau à l’aide de l’Etat, et à la soif des Français. "Nous sommes des emplois non délocalisables, rappellent-ils, nous représentons toute une filière".

Sur le territoire national, on compte 2 000 vergers cidricoles professionnels, et 10 000 petits vergers : à la fois toute une économie, et des paysages. Et la Bretagne est la  première région cidricole de France.

Alors, comme le veut la désormais célèbre réplique : "mangez des pommes, et buvez du cidre" ! Avec modération, le cidre.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie alimentation société