Départ du Tour de France à Brest : frissons et boule au ventre pour les Finistériens Valentin Madouas et David Gaudu

Le Tour de France a pris le départ à Brest, un moment intense pour les deux coureurs finistériens, David Gaudu et Valentin Madouas qui jouent à la maison. 

Brest a vu le départ du Tour de France ce samedi avec 23 équipes engagées, dont 33 coureurs français.

Pour la foule, le moment était très attendu.  Du côté des coureurs de la région, l'émotion est partagée. Avant le début de la course, Valentin Madouas de l'équipe Groupama-FDJ a reconnu : "Cela change quelque chose d'être devant son public, on reconnaît du monde. J'ai toujours vécu à Brest, je connais tous les endroits. Le fait de connaître beaucoup de monde, on a eu des frissons sur le podium, la boule au ventre, c'était vraiment super !"

Faire la plus belle course possible

Valentin Madouas sait que ce premier jour ne sera pas simple. "Cela va être une grosse étape, usante. On va voir la météo, ça risque de tenir. Dans le final ça va être une course de côte, la côte va être difficile", résume-t-il.

Il espère pouvoir porter son coéquipier David Gaudu. "L'objectif c'est que David ne perde pas de temps, je vais rester un maximum avec lui. Je vais mettre entre parenthèses mes ambitions personnelles. On va donner le maximum pour qu'il ait la meilleure performance à l'arrivée. On verra s'il y a une possibilité de faire le sprint, je le ferai."

Cela fait chaud au coeur, il y énormément de monde pour nous acclamer. 

David Gaudu, coureur de Groupama-FDJ

"On est très heureux de voir les gens ici au départ" a confié David Gaudu originaire de Landivisiau. "Aujourd'hui l'objectif numéro un c'est de ne pas perdre de temps. Il y a une approche technique. Arrivés en montagne, on fera les points" a t-il détaillé.

Dans un entretien accordé à Franceinfo, Marc Madiot le directeur de Groupama-FDJ a annoncé les ambitions pour David Gaudu qui "part clairement avec le classement général pour objectif même si les incidents de course peuvent nous obliger à revoir notre stratégie."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport