Une entreprise finistérienne invente un purificateur d'air "anti-covid"

En quelques mois, ETT, spécialiste de la climatisation à Ploudalmézeau (29), a mis au point un purificateur d'air "anti-covid". Une machine sur le point d'être mise sur le marché, et qui pourrait intéresser différents établissements recevant du public.
La machine d'une centaine de kilos est mobile et pourrait filtrer jusqu'à 99,95% des microparticules.
La machine d'une centaine de kilos est mobile et pourrait filtrer jusqu'à 99,95% des microparticules. © M. Trégouët - France Télévisions
Depuis le premier confinement, c'était la priorité de l'entreprise finistérienne. Chez ETT, spécialiste de la climatisation depuis 40 ans, concevoir cet épurateur d'air "anti-covid" était une évidence et cela s'est fait en un temps record. "Le temps moyen de developpement d'une gamme chez nous est d'environ un an et demi à deux ans. Mais là, compte tenu du contexte, nous avons mis les bouchées double pour produire ce produit en cinq mois", explique Yves Millot, PDG d’Énergie transfert thermique.

Ce purificateur d'air baptisé "Safe Air Unit" serait capable de filtrer jusqu'à 99,95 % des microparticules. Un dispositif qui ne laisse que très peu de chances aux virus et autres bactéries. Pour résumer, le système se base sur trois niveaux de filtration : un filtre à charbon actif pour retenir les molécules, un système d'ultra-violet bactéricide, auquel s'ajoute un dernier filtre à particules. "L'air est aspiré en partie basse de la machine, il traverse les différentes étapes de filtration puis il ressort purifié, désinfecté", décrit très simplement face à notre caméra, Gaël Le Noret, chef de projet en recherche et developpement.


Nombreux clients potentiels


Dans l'usine Ploudalmézienne, les premiers épurateurs seront fabriqués dès la semaine prochaine, avec l'objectif de sortir plusieurs centaines de machines par an. Pour se l'offrir, il faudra compter entre 6 000 et 8 000 euros, selon la quantité produite. Mais l'entreprise s'attend à beaucoup de clients, persuadée que son invention pourrait se retrouver dans des lieux bien différents comme des halls de centre commerciaux, piscines ou encore des hôpitaux.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société innovation économie