Covid-19 : Une deuxième vague bien plus forte que la première en Bretagne

Le nombre d'hospitalisations en cours dans les hôpitaux de Bretagne connait un pic bien plus important en cette deuxième période de confinement que lors de la période dite de  "première vague". Le constat est également frappant pour le nombre de cas testés positifs au coronavirus dans la région. 
534 hospitalisations sont en cours en Bretagne, dont 69 en service de réanimation
534 hospitalisations sont en cours en Bretagne, dont 69 en service de réanimation © France Télévisions
La Bretagne est l'une des rares régions avec des départements ayant un taux d'incidence au coronavirus sous la barre des 250 cas pour 100 000 habitants. Trois départements sont dans cette catégorie : les Côtes d'Armor, le Finistère, le Morbihan.

Avec un taux d'incidence ne dépassant pas la moyenne nationale, la Bretagne se place dans les régions comptabilisant le moins de nouveaux cas par semaine. Ceci était déjà le cas lors du premier confinement, lors de la "première vague".

Les deux confinements coincident naturellement aux périodes comptabilisant le plus de nouveaux cas de patients testés positifs au coronavirus. Il a été beaucoup répété que la Bretagne avait relativement échappée à la première vague. 

Pour cette seconde, il n'en est rien. La deuxième vague se présente bien plus forte que la première.
 

La deuxième vague plus importante que la première


Lors du premier confinement, en Bretagne, le nombre de patients hospitalisés avait atteint son seuil maximal le 15 avril avec 402 patients Covid dans les différents services des hôpitaux. A ce jour, plus de 500 patients Covid sont aujourd'hui hospitalisés en Bretagne.

Ce niveau est inquiétant, notamment par le côté exponentiel de la courbe des patients entrant à l'hôpital. 
 
Alors que la deuxième vague de Covid-19 monte en puissance, des hôpitaux lancent préventivement un appel faute de "bras et de moyens", comme l’hôpital Yves Le Foll de Saint-Brieuc et l’hôpital privé des Côtes d’Armor.

Ce niveau d'hospitalisations en cours dans les hôpitaux est suivi par l'augmentation des patients Covid en réanimation. La différence avec la première vague est qu'à ce jour de nombreux patients non Covid sont également présents dans les services de réanimation.

Pour faire face à cet afflux de patients en réanimation, il faut évidemment réussir à augmenter le nombre de lits de réanimation. A ce jour, la France dispose de 5800 lits en "réa". La Bretagne vient de passer de 162 à 173 places.

Elles sont réparties sur 9 établissements de santé.  
L’Agence régionale de santé (ARS) Bretagne a demandé ce mercredi 28 octobre à l’ensemble des directeurs des hôpitaux et cliniques de la région de déclencher leur Plan blanc, face à l'évolution critique de l'épidémie de coronavirus. 

Inscrit dans la loi depuis 2004, le plan blanc incarne un plan spécifique en cas de situation sanitaire exceptionnelle, afin de planifier la mise en œuvre rapide des moyens indispensables dans un établissement de santé. Ces derniers peuvent notamment engager des déprogrammations d’interventions (non urgentes et sans perte de chance avérée pour les patients), réaffecter du personnel au sein des établissements, voire rappeler du personnel lorsque les renforts ne sont pas suffisants.

Malgré les mesures pour stopper la progression de l'épidémie de Covid-19, le nombre de décès part lui aussi à la hausse. 
 

Le nombre de décès en pleine explosion


Le nombre de décès liés à la Covid-19 retrouve une pente inquiétante dans la région Bretagne avec 92 morts Covid enregistrés en deux semaines. En comparaison, il avait fallu 6 mois, entre mai et début octobre, pour comptabiliser autant de personnes décédées du Covid-19.
 

Plus de tests, mais un taux de positivité en hausse


La deuxième vague se témoigne également par un plus grand nombre de cas positifs aux tests PCR. Ceci est dû au plus grand nombre de personnes testés, cependant le taux de positivité aux tests PCR augmente comme le montre notre graphique. Le taux de positivité est le ratio de personnes positives au Covid vis à vis du nombre de gens testés.  

 

Le retour des transferts sanitaires en Bretagne 


Au plus fort de la première vague de Covid-19, 84 malades ont été transférés dans des services de réanimation de Bretagne. 

Depuis la fin du mois d'octobre déjà quatre patients en réanimation de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont été évacués sur Brest et Morlaix, le 28 octobre quatre patients Covid-19 en provenance d’Avignon avaient déjà été transférés par avion vers le service de réanimation du CHRU de Brest. C’était le deuxième transfert en deux jours depuis le sud de la France vers les hôpitaux du Finistère.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société confinement