Incendie de l'hôtel des impôts de Morlaix: 6 à 12 mois de prison avec sursis

Le tribunal correctionnel de Brest a condamné ce jeudi à des peines de 6 à 12 mois de prison avec sursis un militant des bonnets rouges et trois agriculteurs poursuivis pour l'incendie de l'hôtel des impôts de Morlaix et l'entrave à l'action des secours lors d'une manifestation en septembre 2014.
Tribunal de Brest
Tribunal de Brest © F. Malésieux - France 3 Bretagne

Le militant a été condamné à six mois avec sursis, et les trois agriculteurs à un an de prison avec sursis. En outre les quatre hommes devront payer solidairement la somme de 336.000 euros à l'État en réparation du préjudice subi.

Des peines de sursis différentes lors des réquisitions

Lors de l'audience du 19 avril le procureur de la République, Jean-Philippe Récappé, avait requis un an de prison avec sursis contre le Bonnet rouge et un des agriculteurs, et de six à huit mois avec sursis contre les deux autres prévenus. Les avocats des quatre hommes avaient plaidé la relaxe.


Rassemblement en 2014 contre la baisse des prix agricoles

Dans la soirée du 19 septembre 2014, en pleine crise agricole, des producteurs de légumes du nord Finistère s'étaient donnés rendez vous à Morlaix pour protester contre la baisse des cours et les taxes. Dans un contexte très tendu le rassemblement avait vite dégénéré. Dans un premier temps les locaux de la Mutualité sociale agricole (MSA) de Saint-Martin-des Champs avaient été incendiés. 

La manifestation avait dégénéré

Dans la soirée une partie de l'hôtel des impôts, cerné par de nombreux tracteurs chargés de pneus et de détritus divers, avait brûlé. Lors de l'audience les quatre prévenus avaient reconnu leur présence à la manifestation mais nié leur participation aux faits qui leur étaient reprochés. Jaimé Rates, avocat des trois agriculteurs, a regretté "la lourdeur de la peine, le temps ayant passé et les esprits s'étant apaisés". Il a indiqué qu'il ferait probablement appel.

Un des agriculteurs a été reconnu coupable de complicité pour les faits de destruction de bâtiments par le feu. Les trois autres prévenus ont été relaxés pour ces faits mais reconnus coupables pour entrave à l'arrivée des pompiers.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société manifestation social agriculteurs en colère agriculture