Morlaix : nouvelle mobilisation des salariés de Hop contre la fermeture du site

Le site de maintenance de la compagnie aérienne Hop de Morlaix est menacé de fermeture, avec la suppression de 276 emplois. Salariés, élus sont mobilisés ce 8 juillet, alors qu'une rencontre est prévue avec le PDG Pierre-Olivier Bandet, pour donner les conditions de ce plan de fermeture.

Les salariés de Hop mobilisés à Morlaix alors que leur site est menacé de fermeture
Les salariés de Hop mobilisés à Morlaix alors que leur site est menacé de fermeture © J. Jeunemaître - France Télévisions
Salariés, élus, habitants sont réunis ce 8 juillet devant le site de la compagnie aérienne à Morlaix. Ils contestent sa fermeture annoncée. 276 postes sont en jeu. A Morlaix, la moitié des emplois sont consacrés à la maintenance des appareils, une quarantaine à la formation des pilotes et les autres sont occupés par les services administratifs. Pierre-Olivier Bandet, le PDG doit préciser ce plan de fermeture.
© J. Jeunemaître - France Télévisions


"Entre chômage et délocalisation c'est comme choisir entre la peste le choléra"


Sur place, Morgane est venue avec ses deux enfants, Margot et Antoine. Ils arborent une pancarte sur laquelle on peut lire "Famille en Air Souf-France". Le poste de son mari qui travaille à Hop va être délocalisé à Paris. "Mon mari fait partie des sacrifiés. Notre vie est ici, moi j'ai un CDI ici, je suis titulaire de mon poste. Comment on s'organise ? C'est hyper compliqué, ce sont des choix infaisables." 
Des élus affichent leur soutien. Yohann Nédélec, adjoint au maire de Brest et Jean-Paul Vermot, conseiller départemental sont présents. Ils condamnent "la casse sociale et économique dans le Pays de Morlaix." En fin de matinée, les échanges se poursuivent avec la direction. Une réunion aura lieu à 16 h, avec les élus locaux. 

Secouée par le coronavirus, la direction du groupe Air France prévoit au total la suppression de 7580 emplois, 1020 concernent la filiale court-courrier Hop. Mardi, ce sont les salariés de Lille-Lesquin qui s'étaient rassemblés. Eux aussi affichaient leur incompréhension et leur déception. Leur site doit fermer en 2023. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter