Défense de l'hôpital de Carhaix : la police convoque 5 nouveaux militants syndicaux en garde à vue

Après les 13 militants syndicaux qui ont déjà été entendus depuis la mi-mai, 5 nouvelles personnes seront convoquées au commissariat de police de Quimper sous le régime de la garde à vue. L'affaire fait suite à l'occupation des locaux de l'ARS par les défenseurs de l'hôpital de Carhaix, en septembre 2023.

Selon une information rapportée par France Bleu Breizh-Izel ce vendredi 31 mai 2024, cinq nouveaux militants syndicaux seront convoqués au commissariat de police Quimper sous le régime de la garde à vue, les 4 et 12 juins prochains.

Ces convocations interviennent dans le cadre de l'enquête ouverte après l'occupation des locaux de l'agence régionale de santé (ARS) de Quimper, le 14 septembre 2023. Les manifestants avaient envahi les lieux à l'issue d'une réunion entre les défenseurs de l'hôpital de Carhaix et les représentants de l'ARS. Une rencontre qui s'était déroulée dans un contexte tendu du fait de la fermeture des urgences dans cet hôpital de proximité.

Après cette action, ils avaient reçu fin avril une convocation pour une audition sous le régime de la garde à vue pour séquestration et violences en réunion. "C'est très lourd comme courrier. Ça remue un peu" assurait l'un d'eux, Matthieu Guillemot.

Treize militants syndicaux ont été entendus depuis la mi-mai, déclenchant des manifestations de soutien, comme ce 22 mai où 300 personnes s'étaient rassemblées à Quimper.

Cette fois, ils seront cinq : quatre adhérents de la CGT et un de la CFDT, selon France Bleu Breizh-Izel. Les deux organisations syndicales appellent à une mobilisation devant le commissariat de Quimper le jour des convocations, les 4 et 12 juin.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité