Fouesnant : un médecin généraliste se confine dans un arbre, indigné par la gestion du système de santé

Christophe Desportes est médecin généraliste. Juste avant le confinement, il a passé la journée du 29 octobre dans un arbre à Fouesnant, un moyen d'attirer l'attention et d'évoquer sa colère quant à la gestion du système de santé. 

Christophe Desportes, médecin généraliste s'est glissé dans un arbre, pour marquer son désaccord sur la façon dont est traitée la santé
Christophe Desportes, médecin généraliste s'est glissé dans un arbre, pour marquer son désaccord sur la façon dont est traitée la santé © G. Bron - France Télévisions
"On nous confine, eh bien je me tronfine. Je choisis ma dernière journée de liberté pour me tronfiner, montrer mon désaccord." A Fouesnant, juste avant le confinement, Christophe Desportes médecin généraliste a choisi de marquer le coup, à sa façon. Il a pris place dans un arbre toute la journée, un chêne, dans lequel il s'est faufilé.   

Je suis indigné de la façon dont on a traité la médecine depuis des dizaines d'années.

Christophe Desportes

"Je suis pas mal indigné, j'ai pas mal de tristesse", explique-t-il. "C'est pour montrer mon désaccord, pour dire que la finance et la médecine ça n'a pas fait bon ménage. Avoir voulu rentabiliser la médecine, ça a poussé les dirigeants d'hôpitaux, les médecins, à une certaine gestion. On n'a pas formé le personnel nécessaire qui manquait, on le voit en réanimation, ou dans les Ehpad. Ce personnel souffre, ces gens ont trop de travail, ils sont mal payés, n'ont plus le temps de rien. Aujourd'hui, on en paie le prix, l'hôpital n'est pas prêt pour recevoir les malades." 

Il ajoute, évoquant le confinement : "Nos dirigeants nous font payer ces conséquences, à un prix qui est lourd puisque cela touche notre liberté" 
 
Toute la journée, les promeneurs qui eux aussi appréciaient la nature se sont arrêtés pour discuter avec Christophe Desportes, lui apporter quelques douceurs comme des bonbons ou du café. Tout le monde a ensuite dû rentrer chez soi. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société insolite