• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Gastronomie bretonne : à la découverte du kouign bigouden

Le kouign bigouden, cuit sur la billig / © France 3 Bretagne
Le kouign bigouden, cuit sur la billig / © France 3 Bretagne

Le kouign amann (de Douarnenez) est désormais mondialement connu mais il est loin d’être le seul kouign en Bretagne, puisque "kouign" signifie tout simplement "gâteau". 

Par M. Le Morvan


Le Kouign bigouden est une sorte de petite crêpe, plus gonflée, car on incorpore de la levure de boulanger à une pâte à crêpe moins liquide (deux fois moins de lait) avant de la laisser reposer 3 heures dans un endroit chaud (par exemple auprès du feu ou comme autrefois "sous la couette").

La pâte est ensuite déposée à la louche sur une billig (on utilise les mêmes billig que pour les crêpes). Chaque kouign est  retourné pour être bien doré sur ses deux faces, avant d’être enduit de beurre, évidemment…

Le kouign bigouden est en fait celui du Pays bigouden sud (entre Pont-l’Abbé, Plounéour-Lanvern et Penmarc’h). Il ressemble un peu à un pancake sucré…

Pour en savoir plus, allez sur le site du Musée Bigouden de Pont l’Abbé. 


Plusieurs variantes

Il existe des variantes de cette recette comme celle du "Kouign Kalet" ou "kouign plaked" : plus dur, puisqu’on double la quantité de farine. Ils étaient plus faciles à emporter, en mer ou à l’école.... Ils ne se faisaient qu’à Kerity, un des ports de la commune de Penmarc’h et ont failli tomber dans l’oubli. C’est une jeune bigoudène, Rozenn Taniou qui a sauvé la recette de ses grand-mères en la transmettant sur le site du Musée Bigouden.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Paddle Trophy à Vannes : hommage aux sauveteurs de la SNSM

Les + Lus