Suppression du poste de secours de Kermabec à Tréguennec. "Une décision incompréhensible", selon les habitants

Une décision du Conseil Municipal fait couler beaucoup d'encre à Tréguennec, dans le Finistère : le poste de secours de la plage de Kermabec, en baie d'Audierne doit être supprimé. Une réunion publique est organisée par un collectif sur la plage concernée ce samedi 4 mai 2024 dans l'espoir de trouver une solution pour cet été.

Nombreux sont les habitants de Tréguennec et des environs qui s’inquiètent et se posent des questions concernant la décision du conseil municipal de supprimer purement et simplement le poste de secours de la seule plage communale jusqu’alors surveillée.

"Une décision incompréhensible", selon eux et qui porte un mauvais coup aux intérêts des habitants et des estivants.

"Cette décision brutale, prise sans aucune concertation, ni avertissement, ni justification autre que financière n’est pas acceptable en l’état", martèle le Comité citoyen de Tréguennec qui organisait ce samedi 4 mai à 11h, une réunion publique sur la plage de Kermabec. Objectif : "informer et agir pour faire en sorte que la baignade soit encore surveillée cet été"

"Doit-on demander à nos élus de relire leur profession de foi ?"

Un collectif qui demande des comptes  : "Doit-on demander à nos élus de bien vouloir relire leur profession de foi ? Proposition 11 : soutenir les activités touristiques en pérennisant l’activité du poste de secours sur la plage de Kermabec. Proposition 6 : poursuivre la consultation des citoyens sur les grandes orientations lors de réunion publiques. Or, aucune réunion publique n’a jamais été organisée. Pas même en 2023, malgré nos demandes, lors de la "consultation citoyenne" mise en place par la mairie dans le cadre du projet de revitalisation du centre-bourg baptisé "Tréguennec demain". Cette consultation n’a d’ailleurs eu aucune suite, et la mairie n’en a jamais communiqué le moindre résultat.", poursuit le Comité citoyen de Tréguennec. 

La décision du Conseil Municipal n’a pas supprimé les baïnes. Ni l’article L131-2 du Code des collectivités territoriales, qui précise notamment la responsabilité de la commune et de son maire pour garantir la sécurité des baignades.

Comité citoyen de Tréguennec

Le collectif dénonce aussi la responsabilité du SDIS 29, accusé d'augmenter "de 100 % le montant de sa prestation en deux ans"  et réclame " une concertation avec la communauté de communes, qui perçoit la taxe de séjour [...] pour chercher une solution de financement."

Des baïnes dangereuses dans le secteur

Une suppression d'autant plus injustifiable selon ces habitants mobilisés que le secteur présente plusieurs baïnes. Citant l'article L131-2 du Code des collectivités territoriales, qui précise notamment la responsabilité de la commune et de son maire pour garantir la sécurité des baignades, le collectif rappelle aussi qu'en 1990, "la commune [voisine] de Saint-Jean-Trolimon a été jugée responsable en appel, et condamnée à payer plus de 700 000 francs de l’époque en dommages aux ayants-droits du noyé de Tronoën". 

Le comité citoyen de Tréguennec, qui prend part à la réunion publique organisée ce samedi par l'association « Citoyens de Plonéour-Lanvern » sur la plage de Kermabec, espère qu'une mobilisation fera bouger les choses et permettra ainsi d'assurer la sécurité des baigneurs.