• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

“Terminator 2” : Sarah Connor et T-800 se la jouent en breton

Tangi Daniel à droite double Arnold Schwarzenegger en breton dans "Terminator 2" / © CHINAFOTOPRESS/MAXPPP
Tangi Daniel à droite double Arnold Schwarzenegger en breton dans "Terminator 2" / © CHINAFOTOPRESS/MAXPPP

"Terminator 2" est en ce moment doublé en breton à Quimper. Dans le rôle de Sarah Connor, Azilis Bourges tandis que Tangi Daniel se charge du rôle principal porté par Arnold Schwarzenegger. 

Par Emilie Colin


"Ce qu'il y a de rigolo, c'est que dans ce film, c'est de la techonologie super avancée, alors que le breton on le met plutôt dans la case des vieilleries. Ici on a un contraste amusant en faisant entrer le breton dans l'avenir. Comme ça, il continue de vivre." Tangi Daniel est comédien. Il double en ce moment Arnold Schwarzenegger dans "Terminator 2", en breton. Cela fait vingt ans qu'il fait ce métier et il a déjà prêté sa voix à Mel Gibson, Robert de Niro. Il est aussi celle de l'inspecteur Columbo. Une voix assez basse, choisie pour "Terminator 2".
 
"Terminator 2" doublé en breton
Tangi Daniel à gauche, en plein doublage de "Terminator 2"


Ce que j'aime bien c'est le défi de doubler un personnage toujours borderline (Azilis Bourges)


Azilis Bourges double Sarah Connor, "un défi car c'est un personnage efficace et militaire. Il ne faut pas tomber dans la caricature. Son rôle à elle c'est quand même d'élever le sauveur de la terre. Elle a un lourd passif, avec les violences, les machines. Elle est très émouvante comme mère." La comédienne rappelle : "quand on double un acteur, il faut toujours être au service de son jeu." 

Tangi Daniel souligne l'importance, d'avoir des films et séries en breton. "Heureusement qu'il y a ces produits-là, pour se rendre compte que la langue est utilisée ailleurs qu'à la maison ou à l'école. Les enfants peuvent vivre leur langue dans un environnement qui colle avec leur temps." 
 

Un travail de détection puis d'adaptation



"Braveheart", "La part des anges", "Azur et Asmar", "Apollo 13"; "Columbo", près de 150 oeuvres (films, séries, dessins animés) ont été doublées en breton grâce à l'association Dizale à Quimper. Avant d'arriver en studio, la phase la plus longue est celle des négociations indique Marie-Laure Breton en charge de la communication. "Dès qu'il y a doublage, il y a achat de droits et il faut une diffusion garantie" explique-t-elle. Trois ans auront été nécessaires pour "Braveheart", neuf mois pour "Terminator 2". Pour ce film, Dizale s'est associé à Conta'm (studio de doublage en occitan) et Fiura Mossa (studio de doublage corse). 

Après les négociations, Arnaud Vannier s'est assuré du travail de détection. Sa mission ? Regarder le film et scruter les mouvements des lèvres des comédiens, les respirations pour pouvoir ensuite les relayer et donner des indications pour le doublage. "Cela permet de trouver les bons mots, de rester collé à l'attitude corporelle."

Vient alors la traduction et l'adaptation, un travail réalisé par Azilis Bourges qui multiplie les casquettes. La traduction se fait de la langue d'origine vers le breton, donc ici de l'américain au breton. Au total, un mois de préparation aura été nécessaire avant que les comédiens assurent le doublage. Ils passeront deux semaine en studio "sans avoir répété avant" précise Azilis. Les 25 voix seront toutes réunies le 19 avril. 

"Terminator 2" version bretonne devrait sortir sur les écrans en septembre 2019 et être ensuite disponible en DVD sur le site breizhvod
 

"Terminator 2", le pitch

Au lendemain de l'holocauste nucléaire du 29 août 1997, les survivants humains entrent en résistance contre la dictature des "machines", ce qui les mène à la victoire en  2029. L'ordinateur qui contrôle les machines, Skynet, avait envoyé un Terminator (un cyborg tueur) en 1984, afin d'éliminer Sarah Connor avant qu'elle ne mette au monde son fils, John Connor, appelé dans le futur à devenir le chef de la résistance humaine contre les machines. Ce plan n'ayant pas fonctionné, Skynet envoie de nouveau un tueur cybernétique, cette fois-ci en 1996, quelque temps avant le début de la guerre atomique de 1997, pour cette fois-ci tenter d'éliminer directement John Connor, encore enfant à cette époque. Mais, dans le même temps, la résistance humaine envoie elle aussi en 1996 un individu pour protéger John.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Interview de l'attaquante Margaux Le Mouël, sacrée championne d'Europe en Ecosse avec les Bleuettes

Les + Lus