Réouverture des commerces : "Nous sommes sur la bonne voie" selon Jean Castex

Le Premier ministre est en déplacement dans le Finistère. Après avoir rencontré les soignants au CHRU de Brest, il a pu échanger avec les commerçants à Crozon. La réouverture des commerces est "en bonne voie" selon lui, envisageable au 1er décembre.
Jean Castex en déplacement dans le Finistère, ici à Crozon
Jean Castex en déplacement dans le Finistère, ici à Crozon © France Télévisions
"Nous sommes sur la bonne voie" sur le plan de l'amélioration des indicateurs sanitaires pour envisager une réouverture des petits commerces "autour du 1er décembre", c'est ce qu'a annoncé Jean Castex pendant un déplacement dans le Finistère. Après un passage à  Brest et une rencontre avec des soignants, il a pu échanger avec les commerçants, à Crozon. "J'ai eu l'occasion d'expliquer une nouvelle fois que les mesures sanitaires étaient indispensables et pas dirigées contre les commerçants. Elles n'ont qu'un seul objectif : limiter les motifs de sortir de chez soi" a t-il rappelé. 

Catherine Grandchamp, la patronne d'une librairie n'a pas mâché ses mots : "J'espère que vous êtes désolé car vous nous compliquez la vie" a t-elle lancé, alors que le Premier ministre s'excusait pour le dérangement. Elle s'interroge : "Pourquoi les grandes surfaces ne sont pas mises en drive ? On nous met nous en drive alors qu'on n'est pas équipés pour. Les grandes surfaces on les laisse faire tout ce qu'elles veulent. On a qu'à les mettre en drive les grandes surfaces."

Du côté des restaurateurs, grosse déception car Jean Castex n'a pas du tout avancé de date ni été les voir. "J'aurais bien aimé qu'il vienne nous voir, qu'il compatisse à notre détresse" a regretté Stéphane Santiago. 


"Je pense beaucoup à ces commerçants affectés par la situation actuelle"


Le Premier ministre a insisté sur les conditions nécessaires à une possible réouverture des petits commerces : l'amélioration des indicateurs sanitaires ainsi que la mise en place de protocoles adaptés, en concertation avec les principaux concernés. "Nous verrons la semaine prochaine si nous pouvons franchir une nouvelle étape." 

Le pic de la seconde vague en France a vraisemblablement été franchi, a indiqué ce vendredi l'agence sanitaire Santé publique France, appellant toutefois à maintenir les "mesures de prévention".  Le nombre de morts "semble se stabiliser pour la première fois après plusieurs semaines d'augmentation" (3.756 pour la semaine du 9 au 15 novembre, contre 3.817 la précédente). Les hospitalisations et admissions en réanimation diminuent d'une semaine à l'autre.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie confinement santé société coronavirus/covid-19 politique