Les résidents d'un Ehpad du Finistère se baladent en triporteur

Les résidents de l'Ehpad de Taulé, près de Morlaix, ont le sourire. Confinés depuis près de quatre mois, ils peuvent reprendre leurs activités extérieures. Au programme de leur première sortie : une balade en triporteur dans les rues de la ville. 

A Taulé, les aînés sont de nouveau autorisés à quitter l'Ehpad pour faire un peu d'activité. Première sortie au programme : une balade en triporteur.
A Taulé, les aînés sont de nouveau autorisés à quitter l'Ehpad pour faire un peu d'activité. Première sortie au programme : une balade en triporteur. © FTV
Ils retrouvent un peu de liberté. Les résidents de l'Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Taulé s'évadent en triporteur, dans les bois et les rues de la ville, conduits par Ernest, Patrice et Jo, cyclistes bénévoles.

"Ils attendaient ça avec impatience, le triporteur leur a manqué, glisse Chantal Le Her, animatrice de l'établissement. Ça a été long, très long..."
 

Un bol d'air frais


Confinée depuis le 5 mars, comme tous les autres pensionnaires, Marie-Annick apprécie ce "bol d'air frais". Enfin. À côté d'elle, Denise approuve tout sourire : "Ça fait une petite sortie, c'est bien !

Les deux femmes font plus ample connaissance, quand sur le tricycle voisin, Marie-Marcelle se réjouit de partager un siège avec son "bon copain" François. Amis depuis l'enfance, ils se remémorent de vieux souvenirs.
 

Surtout, ils sont heureux de pouvoir saluer les passants, connaissances ou anciens voisins. "C'est sympathique, des gens nous reconnaissent", sourit François. Un plaisir cette fois décuplé : ils ne les avaient pas vus depuis longtemps. 
 

Libérer le corps et la parole


"Le triporteur est berceur. On retrouve des sensations que l'on n'a plus lorsqu'on est assis, posé à longueur de journée. Ici, le fauteuil berce, soulève... On est un peu en apesanteur. Donc ça libère le corps, mais ça libère surtout la parole", rapporte Ernest Le Bris. Derrière le guidon, il savoure aussi la balade.

"Les anciens ont toujours des choses à raconter, ils suffit juste de les entendre. Ils nous parlent, en français ou en breton, de leur jeunesse, commentent l'évolution de la ville. Je crois qu'on a beaucoup à apprendre d'eux."
 

Ça permet de se réinsérer sur l'extérieur, de rencontrer du monde, d'avoir des sensations de vitesse, de vent dans les cheveux, d'odeurs...

Ernest Le Bris, cycliste bénévole



Ernest Le Bris a fondé l'association Ami Cyclette il y a quatre ans, dans le Pays de Morlaix pour favoriser le lien social auprès des personnes âgées, isolées ou handicapées. Une vingtaine de cyclistes bénévoles l'accompagne désormais. 
 
 À l'Ehpad de Taulé, deux à trois balades de vingt minutes sont organisées par mois.
La petite excursion terminée, Denise, Marie-Annick, Marie-Marcelle et François cèdent leur place aux suivants ; il ne faut pas faire de jaloux. La prochaine activité en plein air, est déjà attendue de pied ferme.  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
personnes âgées société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter