• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Surfeurs pris pour cibles à Crozon: “une fake-news”, selon le patron des chasseurs

"Ces deux surfeurs qui disent avoir été pris pour des faisans, c'est une connerie, une +fakenews+ comme on dit aujourd'hui". / © P. Pauchet / La Voix du Nord via Maxppp
"Ces deux surfeurs qui disent avoir été pris pour des faisans, c'est une connerie, une +fakenews+ comme on dit aujourd'hui". / © P. Pauchet / La Voix du Nord via Maxppp

Convoqué lundi au Ministère de la Transition Ecologique suite aux accidents de chasse survenus ces dernières semaines, le président de la Fédération nationale des Chasseurs a commenté l'incident, qui a vu deux surfeurs visés par des tirs à Crozon, estimant qu'il s'agissait d'une "fake-news".

Par Hélène Pédech

"Les deux surfeurs, qui disent avoir été pris pour des faisans il y a quelques semaines!.... Là on est dans la bêtise. on ne va pas revenir là-dessus. C'est une connerie, une +fake-news+ comme on dit aujourd'hui. C'est pour se rendre intéressants. Y'en a qui aiment ça!".


 


Interrogé, lundi, à la sortie du Ministère de la Transition Ecologique, le président de la fédération nationale des Chasseurs, Willy Schraen, n'y va pas avec le dos de la cuillère. Selon lui, l'incident survenu le 22 octobre à Crozon (Finistère), au cours duquel deux surfeurs disent avoir essuyé un tir de chasseurs, ne peut pas être considéré comme un accident de chasse.

Si les deux surfeurs n'ont pas porté plainte, le témoignage de l'un d'eux via les réseaux sociaux a agité la toile. La gendarmerie a ouvert une enquête. Selon elle, il ne s'agirait pas de tirs directs mais de tirs courbes. 

 


N'empêche! Après les multiples incidents, dont certains mortels, ayant impliqué des chasseurs au cours de ces dernières semaines, le ministre de la Transition écologique a convoqué les représentants nationaux. François de Rugy a appelé les chasseurs à généraliser les "bonnes pratiques" et à renforcer les formations sur la sécurité.

Une fois obtenu, le permis de chasse est valable à vie mais les détenteurs sont contraints de suivre une formation obligatoire tous les dix ans. "Nous serons extrêmement vigilants", a assuré la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon chargée de suivre ce dossier brûlant.

 

"Mettre un terme à la psychose"



Le retrait du permis de chasse est prévu en cas de blessure ou d'homicide involontaire.

Willy Schaen se dit prêt, pour sa part, à engager la discussion avec les fédérations d'équitation, de randonneurs et de cyclo-tourisme, afin de "mettre un terme à la psychose ambiante". Mais "il ne sera pas question d'un jour de non chasse en France", martèle le Président de la Fédération. 1200 associations ont fait circuler une pétition pour demander "un dimanche sans chasse". Parmi elles, Rando Breizh.

 


Selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, 113 accidents sont survenus au cours de la saison passée (entre le 1er juin 2017 et le 31 mai 2018). Treize personnes en sont décédées en France, dont deux non chasseurs. Un chiffre en baisse par rapport à la saison précédente. "La très grande majorité des accidents mortels restent liés à un manquement aux règles élémentaires de sécurité", estime l'ONCFS.

 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus