"Vexés, nous ? Non, on va faire mieux ! " Les Bretons prêts à relever le défi du record de marinière

Ce 20 avril 2024, les habitants de Pézenas, dans l’Hérault, ont battu le record du monde de port de marinière. Ils étaient 924 réunis place Gambetta, tous rayés en blanc et bleu. Pour les habitants de Roscoff qui détenaient le titre depuis quelques jours à peine, le coup est rude ! Mais les Finistériens ne comptent pas se laisser abattre, et ils préviennent, on va faire mieux, la marinière, c’est nous !

"Ça ne va pas être dur de faire mieux !" Au téléphone, Yohann Henri s’amuse. "A Pézenas, là-bas, ils ne connaissent pas la fierté bretonne, ils vont voir ! On va relever le défi !"

La guerre des rayures est déclarée

Tout a commencé un beau jour de printemps à Pézenas, en 2019. Pour rendre hommage à l’enfant du pays, le chanteur Boby Lapointe qui avait fait de la marinière sa tenue de scène, 290 Piscénois revêtent leur plus belle marinière et s’honorent d’avoir établi le record du plus grand port de marinière dans le monde !

Dans le Finistère, une petite bande d’irréductibles bretons s’esclaffe. "Les Héraultais, champions du monde de marinière ? Ma doué beniguet, ceux-ci ont perdu la tête ! La marinière, la mer, c’est chez nous !"

 

Petit cours d’histoire de la marinière à l’intention des Héraultais

D’ailleurs les livres d’histoire l’attestent. Le tricot rayé était porté par les marins pêcheurs, notamment par ceux qui s’embarquaient pour la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve.  

La légende raconte que les rayures permettaient de repérer plus facilement les hommes tombés à la mer.

En 1858, la marinière devient par décret officiel, tenue des matelots de la Marine nationale. "Le corps de la chemise devra compter 21 rayures blanches, chacune deux fois plus large que les 20 à 21 rayures bleu indigo", précise même le texte.

 

Et si les habitants de Pézenas n’étaient pas encore convaincus, l’argument massue : en anglais, la marinière s'appelle "breton shirt", à cause du nombre de Bretons dans la Marine ! Et vlan !

Lire aussi : SAGA. Marinières, le succès sans fin d'un vêtement devenu l'emblème de la Bretagne

Quand rayure rime avec tête dure !

 

A Roscoff, l’association Bloscon Marina Commerces qui organise les Journées marines décide de rendre à la Bretagne ce qui est à la Bretagne.

Le 6 avril 2023, 418 silhouettes rayées prennent la pose sur le port. Nouveau record mondial !

"On est en relation avec l’organisateur de Pézenas, sourit Yohann Henri, le président de l’association. On s’envoie des messages, on se taquine, on ironise. Il affirme, on n’a pas la mer, mais on a des marinières…"

Quelques heures à peine après cet exploit, à Pézenas, la riposte s’organise : "Les Bretons nous défient. Ils ont des chapeaux ronds, ils sont sympas, mais on va leur montrer qui sont les meilleurs !"

Le message est posté sur les réseaux sociaux et ce 20 avril, sur la Place Gambetta de Pézenas, à pas moins de 23,9 kilomètres de la mer Méditerrannée, 924 personnes en marinière se retrouvent et reprennent le record ! Aïe ! 

 

Et quand marinière rime avec … caractère !

 

"La première fois qu’ils ont établi le record, ils étaient 290. Nous, le 13 avril, on était 413, presque le double ! Là, ils sont 924, et bien on va faire plus qu’eux ! annonce Yohann Henri, ça ne va pas être dur ! Ils ont piqué la fierté bretonne, ça va réagir !"

"Eux, sont attachés à Boby Lapointe. D’accord, il chante la maman des poissons, mais les pêcheurs c’est nous ! Sa marinière, c’était pour les photos !, taquinent les roscovites. Nous, c’est notre vêtement de travail, notre seconde peau !"

"Et puis, Roscoff, c’est un port. Ici, il y a la mer ! La marinière, c’est l’imaginaire de chez nous ! Pour nous, il n’y a pas de débat, elle est d’ici !"

 

Rendez-vous le 13 avril 2025

 

Un instant Yohann Henri se fait plus sérieux et évoque aussi l’économie, les emplois liés à la confection des tee-shirts rayés. Armor Lux, à elle seule, confectionne quelques 500 000 marinières par an, elles s’exportent dans le monde entier et ont même habillé Arnaud Montebourg quand il était ministre ! "C’est notre culture mais c’est aussi des emplois !"

Bref, tout est bon pour faire monter la pression. "Mais cela se fait dans la bonne ambiance, précise aussitôt Yohann Henri.

Ça reste dans un bon esprit, l’idée c’est de mettre quelque chose de plus léger dans la tête des gens… en ce moment, ils ont besoin !"

Il appelle néanmoins toutes les forces vives à se retrouver le 13 avril 2025 pour "la contre-attaque" sur le port de Roscoff !

Un seul mot d’ordre, des rayures horizontales. Du blanc et du bleu. À Roscoff, il n’y a pas d’intégristes de la bande. Personne ne comptera le nombre de lignes bleues, personne ne mesurera leur largeur… L’important, c'est de passer un bon moment … et de gagner !  

Alors rendez-vous le 13 avril 2025 sur le port du Bloscon… en marinière évidemment !